UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.04.2016

La forêt qui cache les arbres

P9180043.JPGToute notre vie nous avons eu tort…
Nous nous sommes fourvoyés dans la critique globale des sociétés, les réclamant plus justes, moins amères, plus ceci, plus cela.
La belle affaire ! Car une société n’est rien, sinon un concept. Le tout réside dans ses atomes : les individus.
Tel un livre. Ce n’est pas le livre en soi qui est mauvais ou bon, mais le sens et la couleur des mots qui l’écrivent, auxquels il doit son existence même de livre. Sans les mots et leur intention, un livre n’existe pas.
Nous avons donc passé notre vie à critiquer un livre sans en comprendre les mots. Ou, mieux encore, nous avons poursuivi de nos diatribes des moulins à vent en ignorant l'existence des souffles qui font tourner leurs ailes.

 Les individus ne sont ni meilleurs ni plus mauvais, selon qu’ils vivent dans tel type de société plutôt que dans tel autre.
Les individus sont une entité. C’est leur qualité ou leur perversité qui font une société telle qu’elle est et non le contraire comme veulent nous le faire croire tous les matérialistes de la sociologie, tous les avocats du crime, tous les socialistes en propagande et tous les imbéciles qui ont intérêt à l'inversion du réel.
Ainsi, dans « nos » démocraties, il en est, de ces individus, qui se conduisent de manière aussi abjecte que s’ils évoluaient au sein d’un régime totalitaire. Ces individus dénoncent, magouillent, agressent, mentent, volent, détournent le droit, ne voient le monde qu’à l’aune de leur misérable nombril et les gens qu’ils écrasent sur leur passage sont donc bien alors les victimes d’individus et non les victimes d’un modèle de société.
Et je ne parle pas là, forcément, des gens au pinacle, mais des gens de peu. Les deux catégories sont liées, certes, mais la première n’est que l’image, la projection spectaculaire, de la seconde. Les gens au pinacle sont les fruits d’un arbre dont les racines sont corrompues. Coupez les racines et il n'y aura plus de fruits !
Quand on entend ces cloportes de bas-étage prêcher pour la démocratie, les droits de l’homme, les droits au travail, le droit des femmes  et tout et tout, et qu’on sait leurs agissements souterrains, on se dit avec raison  que sous une dictature, ils resteraient ce qu’ils sont : des individus pourris, des délateurs n’ayant pour objectif, pour ligne de vie, que la satisfaction névrotique de leur individualité.
Pour ce faire, ils montent simplement  le cheval  disponible du moment.
Ce sont ces individus, partout où ils croisent notre chemin, qu’il faudrait mettre au jour et éliminer des circuits.
Ce serait ça, changer l'esprit d'une société. Et rien d'autre.

08:52 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature, écriture, société |  Facebook | Bertrand REDONNET

22.04.2016

Se faire un ami...

littératureSe faire un ami.
L’ami est celui qui vous aime et que vous aimez. Pour de multiples raisons, ou pour une seule, et pour un temps seulement.

J’eusse pourtant aimé avoir des amis éternels, l’éternité palpable commençant au premier vagissement et courant jusqu’à la première pelletée de terre jetée sur un cercueil. Après, tout est domaine du Grand Peut-être.   
L’ami est celui qu’on rencontre par un hasard qui n’en est jamais vraiment un. L'amitié a d'ailleurs cette indéniable supériorité sur l’amour qu’elle comble un vide plus clair, mieux défini.
Bien évidemment, l'ami pourra être décevant ; il pourra être rétrogradé au statut de copain, de camarade, voire à celui d’ennemi, hélas ! mais le temps qu’il passera chez vous, il aura son identité bien définie, son fauteuil à lui, son propre couvert. Vous saurez exactement pourquoi il est là.
L’amour, c’est beaucoup plus délicat. Ça veut combler tous les vides, remplir toutes les missions - physiques, intellectuelles, morales - et ça veut être unique. Comme une névrose.
Ça ressemble un peu à Dieu, tout ça. Et ça fait peur. Selon ce qu’en disait Nietzsche, c’est surtout de la sensualité qui passe au spirituel, et je me garderais bien de citer ici la petite phrase de Céline que tout le monde connaît - on connaît même, parfois, que ça du Voyage et on s’en sert de passeport pour faire croire qu’on l’a tout lu et bien retenu - mais j’y fais allusion quand même parce que c’est un peu ça.
Oui, c'est un peu ça... Car c’est tellement puissant, l’amour, c’est tellement grand, tranchons le mot sublime, qu’on est effectivement en droit de se demander pourquoi les hommes s’en mêlent et ce qu’ils peuvent bien y comprendre.

Se faire un ami, donc.
Je sais bien que la langue française fait feu de tout bois avec ce verbe-là : faire l’âne, faire beau, faire le beau, faire froid, faire chaud, faire soleil, faire la pluie et le beau temps, faire du vélo, faire l’amour, faire croire, faire la soupe, faire une connaissance, faire une rencontre, faire semblant, faire peur, faire bouillir, faire la peau à..., se faire chier, faire pleurer, sourire, rire, faire mal, faire du thé, faire la gueule, faire la guerre, faire sa plume, faire une maison, faire pipi, voire caca, faire l’important, faire grosse impression, faire son devoir... Faire, faire et refaire !
Que ne fait-on pas avec ce faire ? Et sans ce faire, on ne ferait plus rien. Ou pas grand-chose.
Sans faire, on repasserait ! On irait se faire voir chez Plumeau ! Oyez comme il est verbe d’action dans tous ses états, ce verbe-là !


Alors, se faire un ami, pourquoi pas ?  Notons bien le pronominal. Déjà présent dans se faire chier, se faire mal ou se faire rouler dans la farine. Parfois de safran, d'ailleurs. Un pronominal, dont on dirait bien qu’il subit  souvent l'action. Se faire tout petit, par exemple: raser les murs, admettre son erreur, en avoir honte peut-être. Se faire ce faisant.
Mais est-ce qu’on dirait «je me suis fait un amour», par exemple ? Imaginez un corniaud qui dirait, pour dire qu’il a rencontré la femme de sa vie, qu’il s’est fait un amour ! Ridicule… On froncerait du sourcil, on toussoterait, on détournerait le regard… S’il disait carrément «je me suis fait une femme», ah, là, d’accord, tout le monde comprendrait ! Et bien, même.

Donc, se faire un ami, quand on est hétérosexuel, c’est un peu bancal comme formule. Un peu con pour l’autre aussi, si tant est qu’il soit du même tonneau hétéro.
Laissons donc ce se faire se faire tout seul… Après, on verra bien… De toutes façons, ça n’est pas très raisonnable que de croire qu’on va se faire une amitié dur comme fer.
C’est se faire des illusions. Encore un abus de ce satané faire ! Car les illusions, ce sont elles qui nous font.
Dans tous les sens adoptés par le verbe et voyez comme ils sont légion !

Image : Philip Seelen

10:58 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

20.04.2016

Kopnąć w kalendarz

calendrier-almanach-ptt-la-poste-2011-robert-doisneau-892723766_ML.jpgCasser sa pipe, aiguiser sa faux, - son daille, dit-on en patois saintongeais - pour dire «accomplir le dernier acte de sa destinée». Les expressions foisonnent car la mort est bien le seul absolu sur lequel aucune victoire n’est envisageable, sinon celle de l’illusion désinvolte des mots.
Le seul contraire non relatif qui, de par son implacable évidence, sous-tend toute la beauté de la vie et la chance qu’on a de la vivre.
La vie est belle parce qu’elle possède justement un contraire absolu. Si les choses allaient humainement en ce monde, la vie rendrait œil pour œil, dent pour dent, et s’évertuerait à être, elle aussi, un contraire absolu. Elle n’est, hélas, bien trop souvent de la mort qu'une antinomie relative.
Le nombre de vivants qui sont déjà morts parce qu’ils ont renoncé à vivre, est effrayant !
L’heure blême, dit aussi Brassens, dans une allégorie qui m’a toujours fait froid à la racine des cheveux.
Toutes les langues du monde ont leurs métaphores de la mort. Parce qu’elles sont toutes consciences parlées et que toutes ont dès lors besoin de figurer l’impensable.
Dans la langue polonaise, j’ai découvert, wyciągnąć kopyta, «retirer ses sabots», comme pour aller dormir, sans doute, et zejść w tego świata, «descendre de ce monde». Très belle pour moi qui me plais à considérer la vie tel un voyage, telle une excursion, une promenade à bord du vaisseau spatial "Terre." Forcément, à un moment donné, tintinnabule la clochette du terminus.
Mais celle qui me parle le plus, c’est Kopnąć w kalendarz, «donner un coup de pied dans le calendrier». Parce qu’en mon exil, le calendrier est une feuille de route, une indispensable représentation graphique du temps. J’ai besoin de lire ce temps qui s’écoule et nous tue, dans ma langue ; j’ai besoin de dire le nom des jours et des mois dans ma langue, et de les voir inscrits au mur.
Ainsi, dans ma cuisine, trône toujours l’almanach des PTT, que je me fais envoyer en décembre par tel ou tel ami. L'almanach me ramène là-bas, très loin, jusqu’à l’enfance. Il n’est pas un matin où je ne lui jette un coup d’œil, pour tout voir, la semaine, le jour, la saison, le prénom fêté et le quartier dans lequel navigue la lune.
C’est mon repère. Nulle nostalgie et nulle tristesse. Un besoin profond d’être à l’unisson avec la fuite du temps, unisson qu’on ne peut réaliser que dans sa seule langue. Celle qui vous est constitutive.
Alors, oui, donner un coup de pied au calendrier, envoyer valser les repères du temps, faire du temps un néant absolu où il n’y a plus de temps que l’éternité, c’est bien ça.
Kopnąć w kalendarz.

14:58 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

12.04.2016

Un poème de Monsieur Brassens

RETOUCHES À UN ROMAN D’AMOUR DE QUATRE SOUS

(Que je chante ICI,  si toutefois le cœur vous en dit....)

 

 Madame, même à quatre sous
Notre vieux roman d'amour sou-
-Ffrirait certes quelque mévente.
Il fut minable, permettez
Que je farde la vérité,
La réinvente.
La réinvente.

 On se rencontra dans un car
Nous menant en triomphe au quart,
Une nuit de rafle à Pigalle.
Je préfère affirmer, sang bleu !
Que l'on nous présenta chez le
Prince de Galles.
Le Prince de Galles.

 Oublions l'hôtel mal famé,
L'hôtel borgne où l'on s'est aimé.
Taisons-le, j'aurais bonne mine.
Il me paraît plus transcendant
De situer nos ébats dans
Une chaumine.
Dans une chaumine.

 Les anges volèrent bien bas,
Leurs soupirs ne passèrent pas
L'entresol, le rez-de-chaussée.
Forçons la note et rehaussons
Très au-delà du mur du son
Leur odyssée.
Leur odyssée

 Ne laissons pas, quelle pitié !
Notre lune de miel quartier
De la zone. Je préconise
Qu'on l'ait vécue en Italie,
Sous le beau ciel de Napoli
Ou de Venise.
Ou de Venise.

 Un jour votre cœur se lassa
Et vous partîtes - passons ça
Sous silence - en claquant la porte.
Marguerite, soyons décents,
Racontons plutôt qu'en toussant
Vous êtes morte.
Vous êtes morte.

Deux années après, montre en main,
Je me consolais, c'est humain,
Avec une de vos semblables.
Je joue, ça fait un effet bœuf,
Le veuf toujours en deuil, le veuf
Inconsolable.

C'est la revanche du vaincu,
C'est la revanche du cocu,
D'agir ainsi dès qu'il évoque
Son histoire : autant qu'il le peut,
Il tâche de la rendre un peu
Moins équivoque.
Moins équivoque.

15:38 Publié dans Musique et poésie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : musique, poésie, litétrature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

04.04.2016

Białowieża se meurt...

20160401_172044.jpgC’est un diadème posé sur le crâne de la Pologne.
Une immense sylve au nord-est, à cheval sur la frontière polono-biélorusse, vestige dernier de ce qui,  aux temps jadis, était la grande forêt hercynienne, de ses ombres gigantesques recouvrant toute la plaine européenne .
Là croissent des plantes et grignotent des insectes qu’on ne retrouve nulle part ailleurs sur la planète. En un mot comme en cent, c'est un inestimable jardin que se partagent les chercheurs et les poètes.
J’en veux pour preuve amusante qu’il y a deux ans, j’accompagnai Roland et son fiston dans un endroit mythique, la Réserve Biologique Intégrale, où l’homme ne touche à rien depuis plus d’un siècle.
Dans ce temple de la création universelle, l’imaginaire déploie ses ailes et vole au-dessus des contingences humaines. Malheureusement, notre guide, au demeurant fort bonhomme, n’arrêtait pas de jacasser sur tout, brisant ce que nous étions venus précisément goûter, le silence ancestral, tant que je me vis contraint, un tantinet énervé, de lui demander de se taire un peu….
Nous avons su plus tard qu’il avait commenté, presque s'excusant : Je croyais qu’ils étaient des scientifiques et ils étaient des poètes !
Brave homme ! C'est  à moi de lui présenter quelques excuses...

Habitée par les loups, les bisons et autres lynx, cette  forêt primaire est située à cent cinquante kilomètres de ma maison. Une partie du roman sur lequel je travaille en ce moment, aura d'ailleurs  ses  lisières pour cadre.
Nous y allons souvent mais, hélas, depuis quelques mois non sans douleur.
La perle est en danger de mort. De grosses mains, indélicates et besogneuses, risquent d'en broyer tantôt la fragilité.
Car les gens qui gouvernent aujourd’hui la Pologne n’en ont que faire de ce bijou de leur écologie. Ils en ont d’ailleurs que faire de tout ce qui touche de près ou de loin à la culture, à la poésie, à la biodiversité ou autres amusements de demeurés !
Le Ministre de l’environnement, qu’une revue de grande qualité a cadré comme « chasseur avec une mentalité de bûcheron», a autorisé les coupes intensives dans le grand corps forestier, au prétexte que les épicéas y seraient rongés par les scolytes. La vérité est que le lobby de l’exploitation forestière, en conflit depuis des décennies avec la politique de sauvegarde de la forêt, a eu enfin gain de cause. Le Directeur du Parc National, un homme que je connais personnellement, un homme estimable, a été licencié du jour au lendemain comme un malpropre par l’appareil politique de Varsovie, au motif «d’une coopération insuffisante avec les forestiers. »

20160401_172056.jpgOn ne peut être plus clair dans l'obscurantisme militant.
Car il faut savoir que les populistes ont remporté les élections d'octobre 2015 sur la foi d'une promesse faite aux familles de leur attribuer 500 zlotys par enfant. Mais attention, hein, aux vraies familles ! Pas aux mères seules, célibataires ou divorcées, les garces, ni aux couples en union libre, les dépravés ! Cette discrimination est tout simplement anticonstitutionnelle, mais il faut savoir aussi qu'il n’y a plus de Conseil constitutionnel en Pologne. Muselé, le Conseil constitutionnel ! Les mains  sont libres pour galvauder et tripoter... Il leur faut donc du fric, aux populistes,  pour tâcher de tenir, au moins pendant quelque temps, une promesse que même les pays les plus riches ne sont pas en mesure de tenir... Il leur faut donc brader le patrimoine, là comme partout ailleurs.

Car, franchement, soyons sérieux, qu’est-ce qu’une forêt antique à côté d’une victoire électorale ? De la roupie de sansonnet ! Du sperme de grillon !
Mais c’est en même temps un désastre. La forêt de Białowieża saigne aujourd'hui par tous ses troncs sous les mâchoires assassines des tronçonneuses.
Les Polonais, en témoignent ces pancartes que j’ai photographiées samedi, s’indignent et s’organisent. Le combat est engagé… L'issue en est plus qu'incertaine.

Sabotage ! La forêt vous supplie ! Hommes, où êtes-vous ? disent, entre autres choses,  ces panneaux.

Et les Européens,  les socialistes français au premier rang avec leur COP 21 organisée à grands coups de millions d'euros, de champagne grand crû et de courbettes diplomatiques, quand est-ce qu’ils vont s’indigner, eux ?
Toute mon estime à ceux qui résistent et honte à ceux qui, par leur silence, leur approbation, leur désintérêt ou leur profit, participent au crime !

Merci, si tant est qu'il soit à votre goût, de faire circuler ce texte...

12:47 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : poésie, nature, écologie, politique, europe, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

24.03.2016

Un bon plan ?

20160324_095610.jpgL’écrivain sérieux, ou qui se prend au sérieux - ce qui n’est pas la même chose – conçoit-il un plan lorsqu’il se met en devoir d’écrire une fiction ?
Un passage de La Carte et le territoire, de Michel Houellebecq, m’avait assez interloqué qui disait l’écrivain au travail avec des croquis pointés au mur, des noms, des flèches et des épisodes, si je me souviens bien…
Or, on peut tout dire de Houellebecq, sauf qu’il est un mauvais écrivain.
Cette méthode de travail, je ne l’ai pas. Je ne l’ai jamais eue.

Depuis plusieurs mois maintenant que je suis plongé dans mon travail d’écriture, je ne me suis constitué qu’un dossier annexe : de la documentation sur la culture Campaniforme, sur une région de l’Ukraine aussi et sur divers détails comme par exemple les outils qu’utilisent les archéologues. J’ai ouvert aussi un calendrier des dates de naissance et de décès de mes personnages, car le roman couvre une période courant de 1939 à 2015 et des incohérences peuvent dès lors se glisser, à un moment ou à un autre, relativement à l’action, aux états d’âme, à l’âge desdits personnages.
Balzac a commis deux ou trois erreurs du genre, je ne sais plus dans quels ouvrages, alors Redonnet….
Donc, des repères, de la documentation, mais pas de plan.

Au premier mot jeté sur la page, je sais pourtant où je veux aller ; je sais où j’ai envie d’aller. Mais je ne sais pas encore par quels chemins j’aimerais y parvenir.
Il y a alors une empathie avec mes personnages et c’est eux qui me guident, c’est eux qui deviennent une réalité cohérente, capable de prendre cette voie d’écriture plutôt que celle-là.
Je crois que c’est ça, ma méthode de travail : faire confiance aux personnages imaginaires, mais jamais tout à fait, que j’ai créés, leur tendre la main pour qu’ils m’emmènent où je voudrais aller.
Après intervient le travail de la langue. La poterie est modelée, il faut lisser, creuser, arrondir, donner du relief ici, en supprimer là, pour que le roman devienne un chant.


Alors, l’écrivain sérieux, ou qui se prend au sérieux - ce qui n’est pas la même chose – conçoit-il un plan lorsqu’il se met en devoir d’écrire une fiction ?
Je ne sais pas.
Ce que je sais c’est que mon roman s’écrit à multiples mains et que le plan est impossible car je ne connais pas la nature exacte de tous les artistes qui vont m’accompagner dans mon travail.

Je retourne de ce pas à mon sixième chapitre...

Bon week-end à tous !

10:15 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

15.03.2016

Amusant, avec le recul...

unnamed.jpgA propos de Brassens, l'opinion de Jean Cau, ancien secrétaire  particulier d'un certain Jean-Paul Sartre d'abord, puis, se ravisant à peine, ami intime d'un certain Alain Delon, et la réponse, toute  en finesse, de Brassens.

« Brassens, c’est zéro. Je suis complètement allergique. Je mets mon heaume, je baisse ma visière, et je suis impénétrable. Sa voix est très monotone… Et ce côté vieille chanson française, m’est insupportable.
Dès qu’un chanteur me semble penser ses chansons, je me hérisse, je me roule en boule et je me ferme comme une huître. On ne demande pas de penser à un rossignol. On lui demande de chanter et plus son chant est pur et moins il faut qu’il soit embarrassé d’intellectualisme, d’arrière-plan, de philosophie, de leçons de vivre, ça gâte une chanson. »

Le Figaro, Décembre 1968

Jean Cau a déclaré, paraît-il que j’étais un zéro, ce qui est quand même très exagéré. Mais, enfin, c’est son opinion et chacun pense ce qu’il veut.
Après tout, Jean Cau c’est n’importe qui. On ne peut pas plaire à tout le monde. Même le Christ était très discuté. (Sourire)
Mais je ne lui en veux pas… D’ailleurs, j’en ai rien à foutre de Jean Cau. Je n’ai jamais lu un de ses livres. En me plaçant d’un point de vue professionnel, il m’a fait beaucoup de publicité. Peut-être qu’il  s’est dit : on ne parle pas assez de Brassens.
La seule réserve que je puisse faire c’est que, si je demande à un gentleman son opinion sur quelqu’un, il ne s’exprimera pas de cette façon-là. Cela a peut-être agacé Jean Cau, qui est un littérateur, qu’un vulgaire petit troubadour soit placé sur un socle… Il n’y a qu’à lui filer un prix de l’Académie française et il sera neutralisé.

France Soir, 17 janvier 1969

11:22 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

12.03.2016

Plus bas qu'ça, t'es mort !

Source : AFP

"Il ressort des écrits reproduits par le magazine Causette que c'est à la demande de l'Arabie saoudite que la distinction a été remise le 4 mars en catimini au prince Mohammed ben Nayef, ce dernier souhaitant "renforcer sa stature internationale".

Le prince héritier est aussi le ministre de l'Intérieur de son pays, où, en 2015, 153 personnes ont été exécutées, selon un comptage de l'AFP reposant sur des chiffres officiels saoudiens. Un niveau inégalé en 20 ans en Arabie saoudite, royaume ultra-conservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique.

"Je sais que certains s'interrogent sur l'opportunité de décorer maintenant le prince héritier (...) Certes, le royaume n'a pas bonne presse", écrit l'ambassadeur de France à Ryad dans un email envoyé à des conseillers à l'Elysée et au Quai d'Orsay et mentionné par le magazine Causette.

"Aucune raison de ne pas le faire : il faut que ce soit discret vis-à-vis des médias mais sans dissimulation", lui est-il répondu dans un courriel attribué au directeur Afrique du Nord/Moyen-Orient du Quai d'Orsay.

"Si nous ne le faisons pas, ce sera vu comme un camouflet, et, si on nous interroge, on répondra lutte contre Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr) et partenariat économique et stratégique. Rajoutons, pour faire bonne mesure, des éléments droits de l'Homme dans les éléments de langage bien sûr", poursuit-il."

3756596469.jpg

11:21 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique hollande |  Facebook | Bertrand REDONNET

08.03.2016

Qui est le véritable apologue ?

n-FRANCOIS-HOLLANDE-large570.jpg " […] la France n’est pas crédible dans ses relations avec l’Arabie Saoudite. Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme. Les attentats de Paris en sont l’un des résultats. Proclamer qu’on lutte contre l’islam radical tout en serrant la main au roi d’Arabie saoudite revient à dire qu'on lutte contre le nazisme en invitant Hitler à sa table. "

Ce n’est pas moi qui le dis. Ces propos sont du Juge Trévidic, lequel connaît parfaitement les tenants et les aboutissants du terrorisme  radical.
Et pour les fâcheux qui liraient un pléonasme dans  «terrorisme radical» je les renverrais à la «terreur douce» que font régner sur tous les aspects de la vie les polichinelles gonflés aux «valeurs républicaines.»
Ces fantassins de l‘idéologie oublient que la Terreur en France, mère de leur système encensée dans toutes leurs références,  fut une réalité dégoulinante de sang, de décapitations et de meurtres, comme fut une réalité le génocide des populations vendéennes – hommes, femmes, enfants et vieillards - par les colonnes infernales du sinistre Turreau, dont le nom assassin pavoise encore sur l’Arc de triomphe.
Le sang que l'histoire a séché, reste du sang, messieurs de l'imposture  !

Donc, qui, de celui qui dit une grosse connerie en disant que les djihadistes ont été courageux ou de celui qui décore de la légion d’honneur un bourreau, fait véritablement, en actes, l’apologie du terrorisme ?
Reste que la horde socialiste se propose de renvoyer le premier dans les geôles de la république et le second  à la présidence de cette même République.
Ceux qui mènent la danse de toutes les misères du monde s’attachent donc exclusivement au mot, pris pour la chose, parce que les choses qu’ils font sont précisément innommables.
 C'est là leur façon de donner le change et c'est ce que j’appelle souvent ici, après d’autres, le renversement achevé du réel.

Mais puisque tout le monde semble se bien porter de marcher sur la tête et de penser ainsi avec les orteils, je m'en retourne à la  fiction de mon roman, bien plus réjouissante que ce  réel des fous...

09:21 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : écriture, histoire, politique |  Facebook | Bertrand REDONNET

22.02.2016

Nouvelles d'absence

manuscrit.jpgTrès investi depuis quelques semaines dans l’écriture d’un roman, je n’ai ni le temps ni l’envie d’écrire sur L’Exil des mots.
Quand on écrit le genre de livre que je me propose d’écrire, on ne peut qu’y plonger complètement. On y est tout le temps, même quand on n’y est pas.
J’y voudrais la langue quasiment non-perfectible et j’avance donc avec précautions et lenteur. J’ai ainsi fait une chose que je n’avais jamais faite : réécrire plus de dix fois le premier paragraphe de mon deuxième chapitre et beaucoup de choses me disent malgré tout qu’il n’a pas trouvé son chant définitif.
Comme j’ai besoin de courage, j’appelle frénésie de perfectionnisme ce qui n’est peut-être, au fond, que tarissement de l’art.
Et puis, ce roman abordant plusieurs époques historiques, voire préhistoriques, j’ai besoin de me beaucoup documenter et de prendre des notes.

Pendant ce temps, le temps s’enfuit, hivernal aux vitres de ma fenêtre.

Quand je me repose d’écrire, de tourner la phrase, de chercher le mot qui me semble le moins faux dans son rôle de représentation du réel, je m’en retourne sur les pas de Michelet avec sa longue Histoire de France.
J’ai traversé tout le Moyen-âge en sa compagnie. Plus de 2000 pages d’une écriture exquise, qui fourmillent de détails et d’envolées lyriques.
La Renaissance frappe maintenant aux portes de ma lecture.
Il n’y a bien que là qu’elle frappe, d’ailleurs.
Autour de nous, le monde - tel que le définissait brièvement Roland sur Solko il y a quelques jours - sombre inexorablement dans un obscurantisme éclairé, dont ne sont pas peu fiers les nains faits géants qui font mine de présider à sa destinée.

09:59 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

15.02.2016

Lecon d'ortografe - 2 -

Dans un texte officiel, L’Académie française s’explique sur la prétendue réforme de l’orthographe, consacrant avec juste raison la souveraineté inaliénable de l’usage et du temps et condamnant sans ambages tout autoritarisme « à la petite semaine. »
Par ailleurs,  Madame Hélène Carrère d'Encausse, (merci au camarade Feuilly), secrétaire perpétuel, dément toute implication dans les récents développements de ces élucubrations de 1990.
Alors, qu’est-ce qui a bien pu péter dans le citron des éditeurs de manuels scolaires, hein, pour la rentrée 2016 ?
Depuis quelles écuries d’Augias braient les ânes qui se proposent de nettoyer ainsi notre langue de tout « son fumier historique et culturel »  ?

Je me le demande bien …

écriture,littérature

 

11:52 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : écriture, littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

05.02.2016

Lecon d'ortografe

3156066257_d32a25af3e.jpgL’écrivain use, avec délectation, de la langue établie par des siècles de pratique sociale et d’histoire. Il trempe sa plume dans du jus concentré d'Histoire, stricto sensu.
Mais il n’est pas pour autant un linguiste. Il sait le bon usage sans nécessairement en connaître tous les tenants et aboutissants.
Il sait aussi que sa langue vit, qu’elle évolue, se transforme, parce qu’elle est censée être la messagère d’une conscience d’époque, toujours caduque. Il lui suffit pour s'en convaincre d’ouvrir une page de Rabelais, Montesquieu ou  Rousseau.
Ce qui lui répugne, par contre, c’est que sa langue soit décrétée… En tant qu’artiste et historien, il trouve nénuphar plus beau, plus éloquent que nénufar, et ce n’est pas une péronnelle, petit soldat de plomb d’un pouvoir délétère, qui va lui dicter comment il doit inscrire ses mots dans une évolution, comment il doit orthographier son art. Oui, je sais, le Ministère affirme qu’il n’y est pour rien. Ce serait là une initiative des éditeurs de manuels scolaires pour la rentrée 2016, qui auraient décidé, comme ça, tout d ‘un coup, sans pression extérieure, d’appliquer une réforme édictée en 1990. Sous un autre gouvernement socialiste, mais ce n’est sans doute là que pure coïncidence.
On se demande tout de même bien pourquoi ils ont attendu 26 ans, ces chers éditeurs !
On sait, tout le monde sait, que l’accent circonflexe est très souvent le vestige archéologique d’un « s » tombé en désuétude. C’est beau. Oui, moi, je trouve ça beau… J’ai l’impression d’écrire en communiquant avec une certaine conscience de mes ancêtres des temps reculés.  D'écrire le paragraphe d'un roman éternel.  La réforme se propose donc, en beaucoup de points, d’effacer la mémoire de la langue. Tiens, tiens… Effacer la mémoire. On dira ce que l’on voudra mais ça ressemble beaucoup aux préoccupations socialistes, ça, qui voudraient, par exemple, que l’Histoire de France débutât le 14 juillet 1789 et faire fi de tout ce que doit cette Histoire à l’Histoire de la chrétienté.
Mais passons. Nous tomberions très vite dans la mauvaise foi, si j’ose dire…
Parmi les arguments avancés par les partisans de ce bidouillage artistique, j’en ai lu un qui m’a bien fait sourire. Celui d’un académicien, peut-être : Il y avait des anomalies historiques, dans notre langue.
Mais ce brave monsieur oublie, ou plus sûrement a toujours ignoré, que l’histoire fourmille d’un nombre incalculable d’anomalies, consacrées par la mémoire. Partout.
Par exemple et par hasard, François Hollande est une anomalie en tant que président de la république de France. On ne le sait que trop : sans la fellation volée par  Strauss-Kahn, son camp n’en aurait pas même voulu comme candidat!
Est-ce à dire que les manuels d’Histoire du futur rayeront son nom de la liste des présidents ?  J’en doute fort. Et en dépit du peu de sympathie que m’inspire le bonhomme, j’espère bien que non.
Parce que savoir Hollande, Fabius et Belkacem, c'est savoir beaucoup l'époque.

12:22 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

04.02.2016

Fable à chute malpolie

L’ÉLECTION

Deux bons vieux camarades d’une célèbre école,
De celles qui vous promettent les plus beaux Ponts d’Arcole,
Parcourant un beau jour le même terrain de chasse,
Eurent à simuler un violent face-à-face :
Au grand jeu quinquennal de notre République,
Tous deux cherchaient victoire après débat public…
Allons, rugissait l’un, aux plus infortunés
Vous voulez distribuer un pain que vous prendrez
Au moulin des plus riches et des grands capitaines,
Dont la sage industrie est pour tous une aubaine !
Ainsi les ruinerez et vos nécessiteux
N’auront pour pleurnicher tantôt plus que leurs yeux.
Bon sang, fulminait l’autre, vos sales capitalistes
Saignent notre nation en infâmes égoïstes ;
Amassent des fortunes quand les populations
Ne savent plus comment résoudre l’équation,
Aux inconnues multiples, d’une vie de misère !
Sus aux grands financiers ! Partageons le dessert !

 Tous deux dans le privé lassés de jouer leur rôle,
En faisant bonne chère se tapaient sur l’épaule…
Celui qui, gloussaient-ils, sera l’heureux élu,
A ce qu’il vient de dire devra tourner le cul.
Mais le poste majeur vaut bien ce ridicule,
Tant le peuple électeur adore qu’on l’encule !

littérature,poésie,écriture,élections,politique

02.02.2016

Nécrophagie

Balzac_Paysans_titre.jpgTreiweller, Juppé, Morano, Sarkozy, Lemaire, et maintenant Taubira, tous sont pris d’une frénésie de la plume et jettent en pâture au peuple imbécile - qui ne demande pas mieux que de s’en gaver -  les pages d’élucubrations qu’ils ont gribouillées, ou plus sûrement fait gribouiller.
Des succès de librairie à tous les coups. Bingo ! Des milliers d’euros ! On lit soudain à tour de bras dans ce beau pays de France !
Et je lis, moi, pour Taubira, que l’éditeur se frotte les mains  et déclare sans vergogne, comme un maquereau devant la plus vendable  de ses putes : "on va certainement réimprimer très vite." Je lis aussi que les libraires ont bien joué le jeu, qu’ils ont pris le livre comme une friandise juteuse… Ils l’ont même pris sous X ! Tel le bébé honteux né d’une inavouable aventure d’un grand de ce monde ! Car ils ne sont pas fous, les libraires ! Au flair, ils savent reconnaître l’orphelin issu de la Cour de celui issu du caniveau et s’ils le prennent sous leur aile protectrice avec tant de commisération, c’est qu’ils devinent que ce X est assis sur une mine d’or… Un faux X.
Vous vous imaginez, vous, manants, gueux, roturiers, artistes anonymes, vous pointant chez ces pharmaciens avec votre orphelin sous le bras ?
Mais c’est qu’ils sonneraient vitement les gendarmes, oui, ces sycophantes-là  !
Les libraires sont passés maîtres dans l’art de vendre leur âme au diable. C’est d’ailleurs à peu près tout ce qu’ils savent désormais vendre !
C’est risible. Oui, risible, misérable, grotesque et pathétique, cet amour du livre venu de la part de ces politiques, twitteurs de slogans à deux balles et qui, en soi, méprisent profondément le livre. Pourtant, ce n’est même pas vers eux que monte ma colère et s’agite mon dégoût. Je m’en fous de leurs lubies, de leurs tricheries, de leurs conneries, de leurs putasseries. Je m’en fous ! Après tout, ils sont là par la volonté du peuple et il y a bien longtemps que la force des baïonnettes ne les effraie plus. C’est eux qui les ont, d'ailleurs, les baïonnettes…
Ma colère, je la réserve à ces traîtres, ces renégats, ces gens sans aveu, qu’on appelle encore des "libraires".
Eux, normalement, sont censés savoir ce qu’est un livre. Ils sont censés vendre de la lecture, pas du vomi. Mais la lecture, ça ne paie plus, mon cher ! Le vomi, oui, ça, c’est des couilles en or… Les porcs ont toujours aimé lécher du vomi.
Et quand je pense que pour écouler nos livres, à nous, ces chiens galeux refusent d’en prendre ne serait-ce qu’un seul parce qu’ils sont déjà surchargés ! Pire encore : quand il leur arrive, contraints et forcés, d’en vendre un parce qu’un client obstiné insiste pour leur commander via Dilicom ou Electre, ils ne nous le payent même pas !
Ils savent que nous sommes faibles. Que nous n’avons pas les moyens d’exiger notre juste et maigre dû.
Jolie mentalité, mentalité de salopards, mentalité de hyène… C’est par eux que le livre est mort, lâchement assassiné. Et c’est par eux que le peuple se délecte de ses succédanés,  lambeaux putréfiés de son cadavre.

11:34 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

30.01.2016

Quand les Polonais moquent

Fotolia_56699206_Subscription_XL.jpgOn sait, depuis l’époque communiste, que les Polonais savent railler l’adversité et usent volontiers de l’humour sarcastique pour brocarder le  pouvoir et dire leur opposition.
Ainsi, depuis que le parti conservateur catholique a pris en mains les rênes du pays, une blague circule, que je trouve, ma foi, fort à propos.

A six heures du matin, donc, on frappe avec force et insistance chez un monsieur.
Stupéfait, celui-ci saute vitement de son lit et demande à travers la porte :

-     Hé bien, qu’est-ce donc que cela ?!?
-     Services de la sécurité intérieure ! Ouvrez ! tonne une voix de l’autre côté.

Le monsieur est méfiant et se demande bien pourquoi des policiers de la sécurité viendraient tambouriner de la sorte à son huis et à une heure aussi indue.

-    Je ne crois pas ! crie-t-il
-   Justement. 
C’est bien pour cela qu’on est là !

 

16:52 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | Bertrand REDONNET

26.01.2016

Zozo, Jean Jacques Epron et mézigue

Bertrand-Redonnet-droles-d-histoires-de-Zozo_reference.jpgTempus fugit…
En 2009, je publiai à l’enseigne des Editions « Le Temps qu’il fait », Zozo, chômeur éperdu, texte qui me valut, ma foi ne boudons pas notre plaisir, quelque succès et dont Le Matricule des Anges s’était fait l’écho, sous la plume d’Antony Dufraisse.
En 2010, un gars du Poitou me contactait :  Il se proposait de mettre en voix certaines pages du texte de Zozo et d’en faire des lectures publiques.
C’était le passeur de mots, Jean-Jacques Epron.
Je fus ainsi invité à l’accompagner dans ses premières lectures et ce sont là de ces excellents souvenirs à l’aune desquels on mesure comme file entre nos doigts le temps éphémère des amitiés.
Auparavant, Jean-Jacques m’avait envoyé un petit texte qu’il me demandait de mettre en musique. J’arrangeai à mon goût quelques rimes et collai des accords  sur ses mots. La semaine que je passerais avec lui, il voulait en effet que nous chantions sa chanson à la fin de sa lecture.
Après, il a volé de ses propres ailes et lu Zozo pendant deux ans. Il est même allé jusqu’au Québec porter là-bas la gouaille épicurienne de mon personnage.

Ému, j’ai retrouvé ces jours derniers une vidéo de notre complicité du moment. C’était à Couhé, ce qui me gâte encore plus car ce fut dans ce chef-lieu de canton que je fis, quelque 40 ans auparavant, mon entrée au Collège, qu’on appelait alors Le Cours complémentaire.
Je vous invite, si vous êtes de loisir, à partager quelques minutes durant ces quelques instants de Zozo…
C’est ici.

10:11 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

20.01.2016

Villages de l'est polonais - 1 -

20160117_102915.jpgSur ces territoires de l’est polonais, tantôt calcinés par l’été, tantôt transis par l’hiver, les prairies viennent toujours s’échouer sur une lisière de forêt ou d’un morceau de forêt.
C’est là leur horizon, flegmatique et plus ou moins proche.
C’est peut-être d’ailleurs cette proximité ou cet éloignement des limites qui, dans ma langue, distingue le pré de la prairie. Parfois, même, lorsque la forêt a disparu, lorsque, de guerre lasse, elle a rendu les armes après des siècles et des siècles d’une lutte inégale contre la charrue, on parle de plaine agricole.
Pour ne pas avoir à évoquer du désert, sans doute.
La forêt, on le sent bien, n’est ici qu’à demi résignée. Elle s’obstine à contredire la modernité des temps et des lieux ; elle retarde l’avancée du soc, rechigne et semble encore vouloir dessiner le champ au gré de sa fantaisie. Elle est à contretemps, tel le lambeau d’une mémoire égarée.
C’est ainsi que les villages sont calfeutrés dans des clairières. Rares en effet sont ceux qui sont accessibles autrement qu’en traversant une forêt de pins, de bouleaux et de quelques chênes rouges. On déboule alors entre quelques champs morcelés et, aussitôt, dans l’unique rue d’un hameau qui s’éternise en longueur, ses maisons basses et de bois séparées par des jardins, des broussailles ou de chétifs bosquets d’acacias.
Je me suis souvent demandé pourquoi les Polonais avaient construit leurs villages allongés ; pourquoi ils les avaient de la sorte couchés le long de la route, sans rues transversales, plutôt que d’avoir aggloméré leurs foyers autour d’une petite place, d’un point d’eau, d’une chapelle ou de tout autre élément communautaire, comme le sont nos villages de l’ouest européen.
Est-ce pour que le vent, quand il souffle depuis les steppes russes, s’y engouffre, prisonnier d’une voie tracée et passe ainsi son chemin plus vite au lieu de s’y attarder en tourbillons glacés ? Est-ce pour que la neige ne s’y amoncelle pas et soit balayée plus loin, à l’autre bout, sur une lisière ?
Est-ce à dire que les Polonais, du moins les ruraux, veulent bien habiter un même lieu mais ne pas vivre vraiment ensemble ?
Ce sont là supputations fantaisistes de l’étranger car les raisons, du moins celles que m’a exposées un homme du crû, semblent être tout autres.
C’est que l’est polonais est neuf au regard des civilisations gallo-romaines et germaniques. L’Empire avait déjà ses grands chemins, ses voies royales, ses aqueducs, ses cités, ses forts militaires et ses ponts gigantesques enjambant les vallées, tout cela tailladé sur le dos primaire de la forêt, qu’ici elle était encore souveraine absolue des lieux et des silences antédiluviens. La grande plaine européenne n’était dénudée que jusqu’aux limites de ces territoires, où des populations indigènes vivaient dans l’obscurité des hautes voûtes forestières.
D’ailleurs, un historien latin – que je crois être Tite-Live, je ne me souviens plus - avait décrit ces hommes comme petits et râblés car, disait-il, l’ombre dans laquelle ils évoluaient constamment était un obstacle à ce qu’ils grandissent. Je ne vois pas trop pourquoi. L’historien poète ne prêtaient-ils pas aux hommes les caractéristiques des plantes ? Et puis, les mythes liés à la forêt ne regorgent-ils pas d’hirsutes géants ?
Toujours est-il qu’il aurait fallu parer au plus pressé quand est venu, porté depuis l’ouest européen comme depuis l’est slave, l’ère de l’habitat sédentaire. On aurait alors tracé des lignes coupant tout droit dans la forêt et on aurait couché les maisons le long de  ces lignes, par simple commodité pour le déplacement et pour avoir tout de suite accès à la voie principale plutôt que d’avoir à cheminer sur des voies de traverse, des sentes et des layons malaisés.
Car tout ici est difficile, enneigés et glacés que sont les lieux durant de longs mois chaque année.
Voilà donc ce que m’en a renseigné cet homme… Est-ce à dire pour autant qu’il s’agit là d’une indubitable vérité de l’histoire ? Je ne saurais évidemment le dire. Disons alors que c’est une lecture des géographies qui me convient bien et que  c’est justement par là qu’elle mérite, à mon sens, d’être retenue et écrite, la mémoire des lieux, comme la toponymie, étant avant tout un terrain de jeu pour  les poètes.

Illustration : Dimanche  dernier, devant chez moi

11:39 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

18.01.2016

Sur quel pied danser ?

pied.jpgC’est simple, pour ne point dire simplet : l’équilibre d’un couple, son bonheur, est une question de pied.
Tout repose sur le pied. Ce qui semble de prime abord aller de soi, le pied, qu’il soit celui d’un buffet, d’un oiseau ou d’un homme, étant fait pour reposer sur le sol.
Donc, l’amour et le couple.
Au commencement, c’est bien connu, on trouve chaussure à son pied après s’être galamment fait du pied sous la table, sans doute !

Et on met bientôt sur pied des projets d’avenir, quelle bonne blague !
Le plus souvent on se retrouve d’ailleurs pieds et poings liés, mais bon, ça, c’est une autre histoire… Et puis, on peut très bien trouver chaussure à son pied sans pour autant signer un contrat ad vitam æternam avec un cordonnier, n’est-ce pas ?
Il faut même, à mon sens, être bête comme ses pieds pour envisager qu’une émotion, qui peut-être durable, certes, certes, puisse cependant s’avérer pérenne au point de vous agiter jusqu’au moment où, ayant déjà un pied dans la tombe, vous vous apprêtez à sortir du monde les pieds devant.
Mais bon, ceci, n’engage que moi. C’est mon pied de nez récurrent à toutes les formes conventionnelles et civiles de l’amour.
Faudrait, comme disait un texte paru récemment mais dont je ne saurais citer les auteurs, commencer à rédiger enfin une loi qui séparerait l’amour et l’état.
Mais je digresse, je suis en train de me prendre les pieds  dans le tapis.
Revenons à l’amour avant que je ne vous casse les pieds avec mes élucubrations sur le pied.
Donc, si quelque malotru séducteur ou quelque oie blanche aguicheuse, ne vient pas vous couper l’herbe sous le pied, l’affaire est dans le sac.  En route pour l’aventure ! Ou la mésaventure. Seul l'avenir vous le dira.
La loi, je crois bien d’ailleurs, vous oblige, si vous êtes un imbécile qui tenez absolument à signer un contrat imbécile, à consulter afin que le médecin constate que vous n’avez  pas les pieds nickelés ou que votre santé n’est pas de nature à faire courir à votre partenaire le risque de recevoir un coup de pied de Vénus … C’est charmant, la loi ! Et délicat, en plus !
Bref. Ces formalités étant remplies, vous voilà donc au pied du mur et c’est au pied du mur qu’on voit l’amoureux.
Car dans la phase de séduction, lors de la parade nuptiale, vous ne vous êtes pas donné de coups de pied, vous ne vous êtes pas mouché du pied, vous avez péroré, vous avez  avantageusement bombé le torse, et l’heure est venue de mettre les pieds dans le plat, si je puis dire.
Si dès lors vous ne voulez pas que votre compagne (ou votre compagnon, soyons prudent !) ne se lève du pied gauche dès le premier matin de la nuit de noces  ou, même, qu’elle  ne lève déjà carrément le pied, va pas falloir vous débrouiller comme un pied.  Va falloir vous montrer assez aimant et habile pour qu’elle prenne son pied.
Pas facile, de prendre son pied en faisant tout ça… J’imagine votre angoisse. Moi, au début, quand j’étais un jeune garçon à la barbe naissante et aux poils pubiens tout fraîchement sortis de l’épiderme intime, je croyais comme un sot que c’était là une allusion gaillarde à une position des plus acrobatiques du kamasutra et j’étais effrayé à l’idée de devoir être bientôt contraint de me livrer à de telles gymnastiques si je voulais enfin m'ouvrir les portes du Nirvana.
L’amour, ça n’est donc que du sport, que je me disais dans ma tête épouvantée !
C’est que je n’étais pas encore aguerri au cirque des mots. Car prendre son pied ne repose pas sur le pied, mais sur l’unité de mesure du même nom et désigne sa part, sa portion de plaisir. Les voleurs, d’ailleurs, vers la fin du XIXe, disaient recevoir son pied pour dire sa part du butin.
Inimaginable le nombre d’expressions chatoyantes qui nous viennent des voyous et des brigands, de la rue et du tripot ! La nuit frauduleuse, la nuit des rossignols et des pieds-de-biche, est toujours celle des poètes, n’en déplaise aux flics des ministères et aux midinettes des gouvernements, et jamais ne regretterai de l’avoir traversée, cette nuit-là !
Quand j’ai su ça - le véritable sens de prendre son pied - alors, j’y suis allé de pied ferme, vers ma première aventure. Et je ne saurais vous dire ce que je faisais de mes pieds dans les délices de cet instant !
L’’expression s’était d’ailleurs répandue comme un fleuve de plaine pour dire un tas de choses, un concert génial, une bonne soirée, une situation jouissive, ludique : le pied ! C’est le pied ! Chez les musicos, on disait ça pour une bonne répétition, un bœuf réussi.
On le disait à tout bout de champ.
Aujourd’hui je crois qu’on dit, ou qu’on écrit, lol !
Je ne sais pas ce que ça veut dire, je m’en fous et je ne cherche pas à savoir.
Car à chaque âge, chaque époque, chaque saison, ses idiomes.
Et il ne faut pas tenter de travestir la sienne, si l’on ne veut pas perdre pied.

11:00 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

14.01.2016

Kucając

z16701653Q,Andrzej-Stasiuk--fot--Michal-Gostkiewicz-.jpgC’est le titre du nouvel opus d’Andrzej Stasiuk, Accroupi, et il me tarde qu’il soit édité en notre langue car ce que D., qui vient de le lire, m’en traduit par bribes judicieusement choisies, me fait grande impression.
Stasiuk est un authentique et bel auteur ; on en est persuadé quand on a lu Sur la route de Babadag, Le Corbeau blanc ou Fado.
Un jour, il faudra que je descende 400 km au sud, dans ses belles montagnes enneigées l’hiver et torrides sous juillet, pour aller serrer la paluche de cet homme, tant je me ressens bien dans ce qu’il peut écrire.
Tout particulièrement dans sa façon de vivre son climat, sa forêt, ses chemins,  "son coin de ciel."

Il fait froid, la neige craque sous le pas, les branches silencieuses de la forêt pleurent des lambeaux de glaçons.
Tout comme l’écrivain le raconte dans Kucając, je vais alors du thermomètre accroché à la bibliothèque à celui suspendu à ma fenêtre du dehors. Tout comme lui, je mesure qu’une vitre seulement sépare les moins 22 degrés des lisières forestières des plus 22 ou 23 degrés de la maison, qu’il faudrait seulement franchir cinq centimètres de matière pour atteindre une amplitude de 45 degrés ! Deux mondes se côtoient ainsi, celui de l’homme, de ses livres, de sa page d’écriture et de ses grands poêles de faïence et celui des renards furtifs, des grands corbeaux et des mésanges qui viennent, aux morceaux de lard suspendus dans les halliers, picorer les miettes de leur survie.
Stasiuk vit sur le mode affectif la terre où s'écoulent ses jours. Il la vit en poète. C’est le sens de son titre, s’accroupir, descendre de son perchoir d’homme dominateur pour la sentir, cette terre, dans le sempiternel mouvement des choses et des saisons, et pour y entendre le fourmillement discret du voisinage animal.
Aucun écolo à la noix, petite voix spectaculaire du misérabilisme politique, ne saurait dire comme le dit la littérature l'indivisible beauté de cette planète des hommes.
Par ailleurs, il me semble aussi qu’Andrzej Stasiuk vit la compagnie de ses moutons comme je vis celle de mes poules, en ami, dans cet échange à deux langages qui se pratique  entre les bêtes et les humains. Complicité cacophonique des vies  qui se respectent et qui, au départ, n'étaient pas faites pour se rencontrer.
Et il me semble aussi entendre, chez lui, ce que j’avais voulu exprimer dans Géographiques :

« […] occuper n’importe lequel point du globe est déjà une aventure en soi : celle d’habiter pleinement son climat. Car nous en sommes aussi le reflet, par lui façonnés.
Devenus fort prétentieux cependant, nous ne nous acclimatons, si j’ose, que très difficilement à cette idée pourtant déjà énoncée chez Montesquieu et, avant lui, chez Pascal :
« On ne voit rien de juste ou d’injuste qui ne change de qualité en changeant de climat. »

Peut-être Pascal parlait-il seulement de pays, de lieux. Vérité au-deçà etc.

Mais je crois vous avoir dit que c’était la même chose, messieurs, selon que l’on marche les yeux sur les étoiles ou le regard rivé à sa chaussure. »

10:47 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature, écriture, livres |  Facebook | Bertrand REDONNET

08.01.2016

Chansonnette

Destin contraire



 Un soir d’intempérie
Les rues de La Rochelle
Étaient noires de pluie
Et pas une donzelle
Ne battait le pavé
De son talon usé.
Le vent rasait les murs
De la rue Réaumur...

 Devant un p’tit bistrot
Dégueulasse, mal famé
Chantait un vieux poivrot
Sur l’mode improvisé
Une espèce de romance
Qui parlait d’son enfance.
Le vent rasait les murs
De la rue Réaumur.

 Son soulier défoncé
Trainait dans le ruisseau :
« Même que j‘ai voyagé
Jadis j’étais mat’lot
Mon père a fait de moi
Le pauvre hère que voilà,
Pour m’avoir trop nourri
De sa philosophie.

 Les roses de mon berceau
Étaient bardées d’épines
Il disait qu’cétait beau
De vivre de rapines,
Que de violer les lois
Écrites par les bourgeois,
C’était faire le bien
Pour les pauvres et les chiens !

 J’ai suivi son chemin
De Damas en prison
Et c’est pas pour demain
Qu’jaurai plus mes haillons.
Que c’est triste de vivre
J’crois qu’jai lu tous les livres
Déférence gardée
Pour Stéphane Mallarmé. »

 Mais bientôt il hurlait
Les mots de sa chanson
Plus qu’il ne les chantait,
C’était vraie déraison.
Attirés par le bruit
Du barde de l’ennui,
Surgirent des pandores
Pour le prendre à bras l'corps.

 Ils furent accueillis
Par une volée d’injures.
Soudain le vieux débris
Perdant toute mesure
Planta un grand couteau
Dans le ventre du plus gros
Qui mourut aussitôt
La gueule dans l’caniveau.

 Quelques années passées
J‘appris dans les journaux
Qu’on avait condamné
Sa tête à l’échafaud.
On y disait à tort
Qu’il n’eut jamais d’remords
D’avoir donné la mort
A ce pauvre pandore.

 Car moi qui l’ai connu,
Je n’vous dirai pas où,
Lui qui avait tout lu
Il n’était pas voyou.
Terminant sa chanson,
Même de piètre façon,
Jamais n’aurait commis
C‘pourquoi il fut occis !

Paroles et musique mézigue

12:32 Publié dans Musique et poésie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : musique, littérature, écriture, chanson |  Facebook | Bertrand REDONNET

06.01.2016

Y'a qu'à faire comme ça

rois mages.jpgFroid sur les rivières et les étangs, neige voltigeant dans l’air au menu de cette Epiphanie, jour férié en Pologne.
Et c’est bien normal dans un pays qui se veut respecter les traditions de la religion chrétienne.
On dira oui mais… On dit toujours oui mais quand on regarde chez les autres et qu’ils ne font pas exactement comme soi-même on fait.
Sans être personnellement pénétré du sens sacré de la religion, je crois que c’est  de bonne franchise, là comme partout ailleurs, de ne pas faire les choses à moitié.
Ou on les respecte, ou on les fout à la poubelle, les choses de la religion, mais il n’y a guère pire que cette demi mesure instaurée en France, calquée sur les besoins de l’organisation sociale. Du temporel légèrement saupoudré de spirituel. Un peu de miel dans du vinaigre.
Ainsi quand je lis sur mon almanach français des PTT que l’Epiphanie est inscrite au dimanche 4 janvier, je vois bien que cette pauvre France, le cul entre deux chaises, hésite entre la chèvre et le chou.
Elle finira comme l’âne de Buridan, mort de soif et de faim entre une botte de foin et un seau d’eau.
Je me demande par ailleurs si, pour les besoins de la cause travailleuse, on en viendra un jour, dans cette chère France, à prier gentiment les gens de confession musulmane de ne respecter le ramadan que le samedi et le dimanche.
Que d’hypocrisie ! Je le répète pour les obtus  : si les dehors de la religion partout présents en Pologne me gonflent, les singulières tergiversations de la France, pourtant construite, bâtie, solidifiée et culturellement nourrie sur le socle des traditions chrétiennes, m’énervent encore plus.
J’y vois comme une lâcheté à ne pas vouloir décliner sa véritable identité. Du louvoiement de clandestin. Du balbutiement de vierge effarouchée.
Le jour où on fera tomber forcément Noël un dimanche pour ne pas perturber les rythmes scolaires et les fluctuations financières de la bourse, on va bien rire. Les instituteurs de la gauche laïque  seront tous dans la rue, poussés au cul par des syndicats indignés !
Mieux encore : le jeudi de l’Ascension un samedi. Ça, ça aurait du cachet ! Finis les longs week-ends à la plage ou chez mémé !

11:41 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : écriture, littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

31.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 11 -

coureur.jpgLa publicité est le nerf guerrier de toute ambition politique.
C’est par elle, et par elle seule, que l’ambitieux compte parvenir à ses fins et cette publicité use exactement des mêmes canons que ceux de la publicité chargée de promouvoir telle ou telle marque d’une marchandise au détriment de telle autre, avec des pôles inversés cependant : pour le politique, il s’agit en effet de vendre une idée - soit la juste réalité pensée avec justice - qui ait les allures d’un programme de gouvernement, pour l’industriel il s’agit de vendre un programme de production qui ressemblerait à une idée, soit la satisfaction d’un prétendu besoin.
Le fait est cependant tellement devenu évident, même dans la tête du plus obtus des citoyens, que cette politique marchande est nommée par les politiciens eux-mêmes « politique politicienne ». En voilà une trouvaille ! Une trouvaille qui constitue en même temps un affligeant pléonasme et un euphémisme tendancieux. Toujours selon le même principe énoncé plus haut, il s’agit de montrer la vérité toute crue avant tout le monde, pellicule à l’envers, sous un jour négatif, afin de la rendre inopérante dans la tête de chacun.
Car un politicien, ou un camp de politiciens, qui accuse un concurrent de « faire de la politique politicienne » sous-entend bien évidemment que, lui, il fait de la politique sacerdotale au seul service des citoyens. Ce dont il ne se rend pas bien compte, c’est que, par là-même, il use lui-même de la rhétorique de la politique marchande, dite « politicienne ». La fausse critique de la nature sournoise de la politique devient un des éléments constitutifs de cette sournoiserie.
Si un menteur s’accuse publiquement de mentir, comment ne pas le croire et le prendre alors pour un honnête homme ? C’est là tout l’art de savoir encore manier la vieille dialectique hégélienne.
Les électeurs, en fait, se déplacent donc pour élire un produit prêché par une publicité plutôt qu’un autre vanté par la concurrence. Tout comme, en matière de dentifrice par exemple, on préfèrera Signal qui affirme que son seul but est de prévenir les caries et que pour ce faire ses laboratoires ont mis au point une meilleure pâte antibactérienne que Colgate.
J’ai dès lors toujours dit qu’ils seraient mieux inspirés, ces électeurs, d’aller à la pêche ou au bordel les jours de grande convocation démocratique car, quel que soit le dentifrice sur lequel se sera porté leur choix, ils auront de toute façon toujours mal aux dents… De fait, l’isoloir du suffrage universel n’a jamais été aussi bien nommé : le citoyen y est voué à une exécrable solitude face à un jeu pipé, mille fois prouvé, dont il s’est mordu mille fois les doigts pour y avoir engagé sa voix et pourtant mille fois recommencé.
S’il n’y a pourtant qu’un seul moyen, non violent, pour virer une marchandise frelatée du marché, c’est bien de ne pas l’acheter. Ça tombe sous le sens. Participer à ce jeu de dupes, c’est donc souscrire à sa légitimité et c’est s’accepter soi-même comme éternel dindon de la farce.
Il n’y a rien de plus accablant !
Je dis « non violent » car s’il s’agit de changer un monde sanguinaire, violent, barbare, cruel, la subversion ne peut en aucun cas se proposer d’imiter ce monde dans sa perversion et de distribuer la mort.

Au royaume de la sémantique révolutionnée, toute cette mascarade s’appelle de «la communication ». Il est vrai qu’un monde qui ne se communique plus que par du faux vrai ou que par du vrai faux, ne mérite guère mieux et la tendance s’est d’ailleurs évidemment fort accentuée avec les progrès réalisés par les techniques et supports de la susdite « communication », lesquels sont devenus incontournables vers la dixième année  de ce siècle.
Les deux derniers présidents du XXe, Mitterrand et Chirac, n’ont jamais publié le moindre tweet. Or, un politicien qui n’aurait aujourd’hui pas de compte twitter pour déblatérer ses avis et sentences lapidaires à deux balles, à usage unique et en dix mots, serait comme un coureur du tour de France sans son vélo au pied de l’Alpe d’Huez sauf, quand même, que le spectateur féru de cyclisme applaudit le sportif, l’homme dans sa tentative de performance, alors que le spectateur-citoyen n’applaudit que le vélo.
C’est normal : il n’y a personne dessus.

Ceci étant dit, nous entamons, déjà et demain, la quinzième année de ce siècle.
Je vous souhaite de trouver en vous l’inspiration qui mène aux joies individuelles au milieu du charivari collectif.
Bonne année !

09:11 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, politique, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

25.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 10 -

images n.jpgA propos de  l'actuel président de la république de France, que dire qui n'ait déjà été dit ou pensé ?
Au risque, assumé, de lasser on peut d’abord affirmer, ou réaffirmer, qu’il est un président par inadvertance. Un président élu non pas pour ses qualités mais contre les défauts d’un autre et, aussi, détail vaudevillesque  que les historiens les plus minutieux retiendront peut-être en pouffant, candidat retenu à la candidature par la grâce d’une fellation inopinée et volée dans une chambre d'hôtel de New York par celui qui allait être «l'élu candidat » des hordes « socialisantes ».
C’est ce qui s’appelle rencontrer l’histoire  par le petit bout de la lorgnette. Ou bien encore avoir le cul bardé de nouilles.
Le voilà donc, notre ennemi de la finance,  installé par les financiers sur le trône républicain et projeté du même coup dans la cour des grands de ce monde, arpentant les tapis rouges de pays en pays, voyageant de capitales en capitales, serrant par-ci la main d’un roi religieux qui décapite régulièrement à tour de bras, donnant l’accolade par-là à un monarque républicain et semant partout sur son passage les stigmates d’une ignorance avérée, justement, des choses du monde.
Reçu au Mali en libérateur après y avoir porté ses armes, on retiendra qu’il s’écria tel un benêt devant son sapin de Noël : C’est le plus beau jour de toute ma vie politique !
C’est assez dire, et c’est effrayant, que sa vie politique se résumait finalement à un grand espoir de faire un jour la guerre !
Sauf qu’avec un fantasme aussi fantasque, il mettait le doigt dans un engrenage qui allait entrainer tout ce que l’on sait et sur quoi coulent encore les larmes sincères de tout un peuple et celles de crocodiles de tous ses « dirigeants ».
L’Histoire conjuguée au présent est vraiment grotesque. Cet homme qui, comme tous les autres avant lui, proposait le changement, ne voit sa cote de popularité faire quelques sauts capricieux de cabri qu’à la faveur d’ignobles massacres. Il n’y a que dans ces circonstances dramatiques que le peuple anesthésié veut bien l’admettre, de façon tout à fait éphémère, comme un chef crédible, un peu comme les moutons qui se regroupent un court instant autour du berger par panique soudaine du loup qui vient de se mettre à hurler aux lisières.
Espérons de tout cœur que la baraka qu’il l’a propulsé au début sur les devants de la scène ne s’exprime pas à la fin de sanglante façon, quelques mois seulement avant qu’il n’ose demander au peuple de le reconduire dans le non-exercice de ses fonctions !
Ce serait payer bien cher le prix d’une ambition minable.

Toutes ces lignes, j’en ai parfaitement conscience, ne sont que critiques ad hominem et, par là-même, fort suspectes ! Mais si c’est bien de François Hollande dont je parle, gardons bien à l’esprit que sans l’abominable Sarkozy comme prédécesseur et sans les obsessions sexuelles du sieur Strauss-Kahn, c'est-à-dire sans lui, le désastre eut été à peu près le même.
Il y a trop longtemps que les gens vivent par, pour et avec le mensonge, trop longtemps que, légitimée par les urnes, la bêtise a force de loi en France comme sur les trois quarts de la planète, trop longtemps que l'économie mondialisée a cloué les espérances de tous aux mêmes piloris, pour espérer qu’un jour les hommes prennent en mains la construction d’un destin en s’appuyant sur du réel enfin remis dans le bon sens, à l’endroit.
Dont acte.
Reste néanmoins que la sournoiserie, la tromperie, l’escroquerie sont plus criantes, plus visibles et plus blessantes encore, quand la publicité qui les mène au pouvoir s’appuie sur un discours humaniste, égalitaire et  volontariste en matière de justice sociale.
C’est là tout le fond de commerce des gens de gauche. Les gens d’en face, ceux de droite - permettez que je passe sous silence les différentes nuances de teinture, parfois subtiles,  qui saupoudrent l'un ou l'autre de ces deux pôles traditionnels de l’échiquier spectaculaire - au moins annoncent-ils plus crûment la couleur. Non pas qu’ils soient plus honnêtes ou plus compétents, mais parce que les sociétés où les vies sont uniquement financées par la banque et distraites par le besoin névrotisé de consommation de marchandises, sont forcément injustes et inhumaines et que, par conséquent, le discours de droite semble à chaque fois plus clairement annoncer la couleur de ses intentions et mieux coller au réel.
Cependant, par l'effet d’une impuissance en même temps accablée par le réel que dictée par l’idéologie, le résultat sera toujours le même, en parfait décalage avec tous les effets d’annonce.

18:50 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : histoire, politique, critique |  Facebook | Bertrand REDONNET

20.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 9 -

pole-emploi-a-qui-le-tour.jpgInternationalisation des finances et des productions, mêmes stratégies d’intérêts et de contre-intérêts sur tous les territoires de la planète, mêmes accumulations de richesses et mêmes levains de pauvreté et de précarité des populations partout entretenus, mêmes marchandises frelatées, cancérigènes pour la plupart de celles proposées à l’alimentation, même culture au rabais partout dispensée, mêmes âmes nivelées par les mêmes désirs indésirables, mêmes corps déprimés de n’avoir plus conscience de s’appartenir vraiment, mêmes vies étiolées dans la représentation de la vie, tel est le lit sur lequel repose la solidité de la mondialisation.
En envahissant la planète d’une seule voix, le capital financier, s’il ne rencontre donc plus la contestation prolétarienne, ni même ne la craint plus, se heurte cependant à ses propres contradictions formulées par la géopolitique, tel un immonde serpent de cirque qui se mordrait la queue parce que sa cage serait devenue trop exigüe.
On l’a vu avec l’Ukraine et le coup de force, à ce jour à demi réussi seulement, de l‘Europe et des Etats-Unis pour mettre la main sur cet immense marché de 70 millions de consommateurs, trop profitable au capital russe. On le voit de façon encore plus dramatique avec tout le Moyen-Orient, ensanglanté, écartelé, démantelé, redécoupé.
Pourtant, la même masse financière fait ses choux gras, s’investit, calcule, voyage, mute, ordonne et s’échange, hydre aux mille têtes, aussi bien à Washington qu’à Moscou, que dans les capitales européennes, qu’à Pékin, New Dehli, Rio de Janeiro ou Ryad. Mais les grands stratèges de la haute finance, ceux qui alimentent l’économie mondiale, qui en règlent les rouages et en indiquent les grandes directions, ont, à un moment donné, plus d’intérêts ici qu’ailleurs, dans tel bloc géopolitique plutôt que dans tel autre, sur telles matières premières plutôt que sur telles autres, sur tels gisements d’énergie plutôt que sur tels autres.
S’ensuivent alors les frictions qui ne disent jamais leur nom. Nous n’en percevons que la partie haute, de surface - encore que contradictoirement brouillée par les différentes propagandes -, comme le marin ne voit que le sommet de l’iceberg noyé dans des brouillards lactescents.
Les discours fallacieux sont pourtant assez faciles à décoder pour qui veut bien encore s’en donner la peine. Les politiques de tous bords et de quelque nation qu’ils soient, dès qu’il s’agit de camoufler une inavouable sournoiserie à la populace, ont pour méthode de dévoiler tout de suite et crûment la vérité, mais en la niant fortement. Une vérité a contrario, en quelque sorte. Ils tentent ainsi de la désamorcer et des millions d’imbéciles heureux se croyant de la sorte justement et honnêtement éclairés adhèrent donc, très vite, à cette négation d’un vrai énoncé sans ambages, mais en ne retenant que la négation. Toujours ce principe qui dirige le monde : montrer le vrai dans un miroir, la tête à l’envers pour en faire du faux, et vice-versa.
C’est ainsi que, sitôt la réaction de Moscou entendue avec le retour de la Crimée dans le giron russe, Merkel, Obama, Hollande et toute la nébuleuse bruxelloise, fers de lance du coup d’Etat de Kiev, grands pompiers pyromanes, se sont indignés d’une seule voix de ce que Poutine " avait des façons et des visions d’un autre siècle en défendant des intérêts géopolitiques parce que le monde ne pouvait plus se penser, justement, en termes géopolitiques."
Il fallait comprendre l’exact contraire, sauf à vouloir être noyé sous des flots de contre-vérités logiquement construites à partir de ce faux postulat.
Et que n’a-t-on pas entendu pour camoufler la réalité ! ? En Pologne – je ne sais pas en France – on est même allé jusqu’à prétendre que Poutine agissait ainsi, en ringard guerrier des XIXe et XXe siècles, parce qu’il avait une tumeur au cerveau qui lui bouffait la raison ! On n’a évidemment évité de parler des nationalistes ukrainiens entrainés dans des camps militaires polonais à l’été 2013, ce que seul a révélé, photos à l’appui jamais officiellement contestées, le journal « Nie ».
Il faut, pour faire rapide et simple, imaginer des situations burlesques et penser l’impensable en usant de la fiction. Le mensonge occidental tombera alors de lui-même. Ainsi, imaginons que le Mexique, par exemple, ait décidé tout d’un coup de tourner ses intérêts économiques et financiers vers Moscou, et demandons-nous alors si Obama aurait juré tous ses grands dieux que les problèmes géopolitiques n’avaient plus cours en ce siècle moderne… C’en est presque ridicule et c’est là tout l’intérêt de cette illustration fantaisiste car le monde, dans les affirmations de ses dirigeants quand ils mentent – c’est-à-dire en permanence - est un monde ridicule.
S’il n’était pas fort compromettant pour l’avenir et nuisible à la vie présente, il en serait même hautement comique.
Il est, ce monde, le résultat de la défaite des peuples devant les pouvoirs financiers et leurs superstructures politiques.
Les grands de ce monde, fiers-à-bras des G20, G8, G7, conférences sur le climat et autres grandes messes organisées à coups de millions prélevés sur le confort des populations, ne sont en effet que les courtiers en assurance-vie de la finance et du grand capital, qui font au peuple sagement courber l’’échine.

Mais, pour accéder aux sommets de cette hiérarchie des représentants de commerce internationaux, il faut d’abord avoir reçu délégation de ces différentes succursales de la mondialisation que sont les pays. Il faut en prendre la direction. Il faut en être le PDG, majoritairement soutenu par un conseil d’administration, qu’on appelle le parlement.
Aussi le premier art consiste-t-il à bien mentir chez soi avant d’être autorisé à mentir au monde entier.
J’en arrive ainsi plus spécifiquement à la félonie intérieure, de plus en plus sophistiquée donc de plus en plus perceptible, sur laquelle se font élire les chefs d’Etat et toutes leurs piétailles de soutiens nationaux et locaux, et ce, plus principalement en France, tout simplement et tout naturellement parce que, tout expatrié que je sois, c’est là mon pays.

11:08 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : histoire, politique, écriture, ukraine |  Facebook | Bertrand REDONNET

17.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 8 -

affiche.jpgLa confusion explosive qui règne sur une bonne partie de la planète où les puissants affûtent leurs armes et avancent leurs pions, provient aussi, en même temps qu’elle en est la cause, de la confusion qui sévit dangereusement à l’intérieur des sociétés des pays de l’Occident et, in fine, dans la tête de chacun.
Confusion dans les rapports sociaux falsifiés et sacrifiés à des idéologies communautaires et égalitaires que les mouvements autonomes du réel viennent chaque jour contredire, confusion dans l’énoncé à tour de bras de valeurs surannées, pas claires du tout et même historiquement louches – je reviendrai sur ce point -, confusion totale dans les buts poursuivis par les États et confusion de  leurs discours politiques, confusion, en Europe surtout, sur la notion même de pays d’appartenance, confusion terrible entre des progrès technologiques de plus en plus pointus mais aux effets de moins en moins visibles sur le bien-être moral et matériel des individus, confusion d’une richesse qui s’accumule dans des proportions inversement proportionnelles à la demande de participation active des gens mais dans le même sens qu’une dette qui grossit à n’en plus finir, dont on nous rebat les oreilles, dette métaphysique, irréelle, nuage de chiffres indicibles, muets et, pour corollaires,  confusion dans les conditions faites à la vie individuelle et familiale vide de désirs souverains, d’idéaux enthousiasmants, exclusivement modulée sur des joies subordonnées à la masse de marchandises aussi frelatées qu’inutiles que chacun est en mesure de se procurer, confusion enfin dans l’usage quotidien que l’on fait de sa culture tout en s’efforçant, pour faire cultivé, de la nier.
Dans de telles conditions, nées de la complexité in-humaine du libéralisme mondial, aucun politique ne sait lui-même où il met les pieds quand il accède à un mandat suprême. Il improvise, il magouille du réel, il fait avec les moyens de plus en plus limités du bord et comme bien évidemment toute cette impuissance est inavouable quand on brigue les suffrages de gens perplexes qui attendent des solutions, il ment comme un arracheur de dents.
Mitterrand qui, en plus de savoir présenter des vessies en guise de lanternes, savait pertinemment que tel serait le lot du XXIe siècle en confiant : je serai le dernier Président. Entendez par là que les Présidents du XXIe ne seraient que Présidents de leur propagande et n’auraient aucun pouvoir sur le cours mondialisé des choses. Le roué socialiste savait d’autant mieux de quoi il parlait qu’il était un des fervents idéologues et premiers artisans de cette situation naissante dont le contrôle échapperait bientôt complètement aux politiques des uns et des autres.

Ainsi, candidat à l’impuissance en actes, quand Hollande s’époumone à hurler que "l’ennemi, c’est la finance", il ne ment pas. Il traduit la vérité toute crue, complexe, en un lapidaire slogan publicitaire. Il donne un nom au mal, il nomme l’angoisse du peuple.
Mais, toute honte bue, là où il fait œuvre d’innommable escroc,  c’est quand, par ce slogan, il laisse entendre qu’il va combattre et même abattre cet ennemi. Ça tombe sous le sens. Personne ne peut dire : je connais l’ennemi, mais il est plus fort que moi et, en plus, j’en ai besoin, alors...
La formule, même dans sa stricte réduction publicitaire et mensongère, était de toutes façons, vu l’état du monde, une idiotie de première classe. Imaginez un candidat de la fin du XIXe siècle qui se serait écrié : l’ennemi, ce sont les mines de charbon et les hauts fourneaux !
Car ce n’est pas la finance qui est l’ennemi et cause du malheur des gens, mais bien la façon dont le monde, qu'elle a assujetti,  s’articule autour d’elle et la façon dont elle redistribue ses acquits, de même que ce n’était pas les aciéries l’ennemi des ouvriers du XIXe mais bien les misérables conditions qu’elles imposaient à leur vie.
Si mon radeau sur une rivière se met à prendre l’eau et que je risque de m’y bientôt noyer, il sera plus intelligent de revoir l’état de mon radeau et ma façon de naviguer que de vouloir supprimer la rivière.

Cet exemple vaut pour tous les autres qui pourraient être donnés en matière de mensonge. La recette est toujours la même : on dit la vérité mais on la dit en mentant, c’est-à-dire en cachant soigneusement qu’on ne fera pas de cette vérité l’usage qu’en attendent ceux à qui on la dit.
Le vrai est donc un moment essentiel du faux, l’un et l’autre s’épaulent, l’un sans l’autre n’a aucun sens.
Marine Le Pen agit de même sorte. Elle a très bien identifié le mal dont souffrent les sociétés et, partant, les gens. Elle a très bien identifié les bourbiers économiques, intellectuels, moraux et culturels dans lesquels s’est enfoncé son pays. Là où elle ment, c’est qu’elle laisse accroire qu’elle a les armes qui assainiront le terrain.
Or, sauf à remettre les gens derrière une charrue tirée par de fiers chevaux – ce qui d’un point de vue sensible et littéraire ne serait pas pour me déplaire - et au jardin pour planter des poireaux et des patates, ses visions publicitaires seront balayées par les nécessités consuméristes de ses propres électeurs et, donc, par les exigences industrielles, commerciales et financières de la mondialisation avec, pour l’Europe, le maintien des espaces sans frontières.
Penser que les marchandises et les capitaux puissent être à nouveau taxés à chaque passage de frontières entre Varsovie et Madrid est tout simplement une idiotie qui n’irait pas dans le sens d’une amélioration de la vie des individus. Ne serait-ce que d’un point de vue strictement économique.
Il faut savoir dès lors que le capitalisme financier a renversé les exigences et idéaux des peuples, qu’il les a bien compris, qu’il les a récupérés à son profit et que c’est lui qui a réalisé ce que se proposaient de réaliser ces idéaux prolétariens : l’internationalisation. Il a pris l’histoire de vitesse et, pour ne pas être coincé dans le piège d’une contestation unanime et planétaire à laquelle il n’aurait assurément pas pu faire face, il a lui-même planifié, selon ses besoins et désirs, la vie et la survie de chacun d’un pôle à l’autre du monde.
Citoyens du monde, c’est ce qui s’appelle s’acheter un bâton pour se faire battre !
Et la raclée est sans doute irréversible.
Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’il ne faut plus avoir le moindre bout de cerveau dans sa boîte crânienne pour penser encore que le salut pourrait sortir des urnes.

15.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 7 -

872.jpgCe n’est pas de réelle gaité de cœur que je dois poursuivre par quelques exemples ce tableau de la falsification comme mode d’asservissement des esprits et de gouvernement des peuples.
J’en ressens même une espèce de dégoût nauséeux et je me sens de moins en moins complice avec cette espèce de bipèdes soi-disant douée de raison mais qui ne connaît, pour assurer sa pérennité, que la félonie et l’organisation des désastres criminels, et ce, pour des causes toujours présentées comme louables et justes alors qu’elles ne sont motivées que par une avidité perverse de pouvoir et de domination, que par une expression de volonté maladive de puissance et uniquement commandées par l"insatiable voracité des grands capitaux et des multinationales.
Par-delà les grandes affiches du spectacle qui prêtent leurs noms à toute cette débâcle, c’est aussi la multitude consentante qui me donne le vertige et l’envie de vomir. Tous ces gens, gens de peu, gens de la chaumière, vers lesquels allaient toujours ma sympathie et mon amitié, ont fini par me dégouter comme me dégoûte le crapaud vautré dans sa boue et s’y complaisant.
Car qui donne le pouvoir aux criminels et aux menteurs sinon cette multitude bêlante et consciencieusement votante ? La bêtise ne peut pas tout expliquer. Elle a ses limites, à moins qu’elle ne soit carrément de l’idiotie.
Car je ne suis pas un devin, ni un fin analyste, ni un génie clairvoyant. Ça se saurait. Je n’ai jamais cassé quatre pattes à un canard, je suis un être moyen, pas plus intelligent que la plupart des gens, alors ce que je dis là, forcément, tout le monde le sait peu ou prou. Seulement, nous ne sommes qu’une poignée à ne pas accepter le mensonge permanent qui régente nos vies et compromet notre avenir et nous ne sommes alors qu’une poignée de solitaires qui préférerions consacrer notre bonheur d’écrire à bien autre chose qu’à l’étalage de toute cette fange.
Donc les gens savent et se taisent, courbés sous un joug imaginaire, une représentation de joug, une idée, une condition imagée devenue, par effet d’une pensée assassinée, réelle et coercitive.
Ceux qui savent,  qui devinent mais se taisent par lassitude, par individualisme, par  préoccupations ou urgences autres, je peux encore leur pardonner quelque chose dans mon cœur…
Mais ceux qui sont l’objet de toute ma haine, ce sont les gens de la piétaille militante, les petits et minables salauds et salopes qui entretiennent le mensonge par veulerie et qui minaudent, courtisans aux intérêts misérables, dans les couloirs des différentes strates de l’autorité. Ceux-là sont la véritable garde prétorienne sur laquelle s’appuie toute la légitimité du pouvoir mystificateur, échelonné du hameau au village, du village au bourg, du bourg à la bourgade, de la bourgade à la ville, de la ville à la métropole et jusqu'au sommet de l’État.
Qu’ils crèvent !

Car en grande partie par la faute de cette lâche garde prétorienne, nous allons droit dans le mur. Nous allons tout droit à la guerre et aux cataclysmes. Je l’ai pressenti avec force dès le 21 février 2014, date du coup d’état de Kiev fomenté par nos dirigeants, ceux-là mêmes qui vous donnent chaque jour des leçons de citoyenneté, de républicanisme et de démocratie.
Depuis, ce pressentiment s’est changé en quasi certitude, hélas, mille fois hélas ! Avec à peu près les mêmes aux manettes, il y a eu les chaos syrien et irakien, d'où est né l’État islamique, puis les sanglants attentats partout dans le monde, puis les traitrises et duplicités de la Turquie et les grossières provocations de son protecteur, voire de son mentor, l’OTAN.
Il y eut ensuite l’intervention russe en Syrie.
Ce dernier point est certainement la cause de l’acharnement belliqueux de l’OTAN, des USA et de ses alliés européens : on se dispute déjà avec âpreté les cadavres de la Syrie et de l'Irak et, ce faisant, on se dirige tout droit vers un conflit de dimension planétaire.
Poutine a prévenu d’une de ses phrases lapidaires dont il est coutumier :  «  Il y a cinquante ans, j’ai appris dans les rues de Leningrad, que lorsque le combat est inévitable, il faut frapper le premier. »

La problématique est assez simple. Ce même Poutine s’étant cabré à la conférence de Munich de 2007 en refusant désormais un monde unipolaire et en  n’acceptant plus que son pays continue d’être humilié par les forces économiques, financières et militaires - dont les nôtres - dirigées par les USA, un premier test fut opéré par ces forces-là en 2008 en Géorgie, histoire de voir si Poutine allierait le geste à la parole.
Ce qui fut.
Le second, plus sérieux, en Ukraine, avec un coup d’état réussi par les phalanges les plus brutales du pays – et peut-être d’Europe - nostalgiques de Bandera et du IIIème Reich. Tout ce beau monde soutenu par la blanche Bruxelles, la sainte Pologne, les Pays Baltes, les USA, l’OTAN et, bien sûr, la France droit-de-l’hommiste de monsieur Hollande, lequel s’est empressé d’applaudir au retour - même maculé de sang et de honte - de la démocratie en Ukraine et qui fut le premier grand « républicain » à accueillir sur son perron les nouveaux « démocrates » putschistes.
Retour  de la démocratie ? Que je sache, Viktor Ianoukovytch avait été élu démocratiquement. Mais la démocratie, pour Hollande et ses complices, doit avoir une couleur : celle des multinationales et des grands marchés européens et c’est parce que Ianoukovytch se tournait vers Moscou plutôt que vers Bruxelles qu’il fallait le destituer, voire le tuer. Il ne trouva son salut que dans la fuite, présentée par ces putains qu’on appelle encore « les médias » comme une lâche dérobade.
Fabius était présent ce soir-là à Kiev. Fabius est de tous les coups fourrés, quand il s’agit de faire bonne mine, un poignard camouflé dans la manche. Il y avait aussi son compère polonais Sikorski, brillant diplomate qui, seulement quelques mois après, se faisait piéger dans une conversation privée au cours de laquelle il disait que l’amitié avec les États-Unis était une connerie, une boule de merde (sic), qui menait la Pologne à la catastrophe.
Ces gens-là ne disent la vérité que piégés. Chaque fois que vous les entendez, quels qu’ils soient et où que ce soit, prendre une parole publique, soyez assurés que la falsification est au rendez-vous.
Prenez vos décodeurs, sinon faites-vous leur esclave lobotomisé !
On vous a raconté que Ianoukovytch était corrompu. On ne vous a pas menti. Mais on vous a roulés dans la farine de démocrates en invoquant cette raison comme étant celle du soutien européen. La preuve : l’Europe était en train de négocier avec lui et se fût-il tourné in fine vers cette Europe, tout en restant consciencieusement corrompu, que personne n’aurait eu l'idée de lui faire la moindre remarque quant à sa moralité.
D’ailleurs, son remplaçant, Poro Porochenko, est archi-milliardaire et il est le seul capitaliste ukrainien à avoir continué à faire du profit pendant la guerre, alors que son pays est ravagé et que tous les autres capitalistes se sont écroulés. Beau Président, ma foi !
Ça n’a pas l’air de déranger ni d’interroger beaucoup Bruxelles, Merkel et le socialiste Hollande, tout ça.
Une corruption qui va dans le bon sens n’en est pas vraiment une, n’est-ce pas ?
C’est tout comme le mensonge. Il y en a de très mauvais qui peuvent même être durement réprimés - dire la vérité, par exemple - et de pieux, mentir pour raison de bonne gouvernance, par exemple itou.
N’attendez pas d’autre éthique du monde inversé.

15:16 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire, écriture, politique |  Facebook | Bertrand REDONNET

12.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 6 -

7780533581_francois-hollande-a-versailles.jpgJe ne puis, hélas, faire l’économie de quelques exemples de cette pratique du faux, lequel par l’effet d’un miroir où se contemplent à loisir les peuples intellectuellement et culturellement soumis, devient le vrai, mais juste le temps nécessaire pour qu’il remplisse sa mission de désorganisation du sens critique.
Après, lui-même se renverse et redevient le faux, mais il est trop tard : la mémoire du vécu le retiendra désormais comme ayant été l’authentique. La vérité, tel un pétard mouillé, n’aura plus aucun impact sur le cours des choses et sur les consciences.
Là comme partout ailleurs cependant, l’exemple illustre mais ne prouve strictement rien. Bien au contraire, il présente ce danger d’être foncièrement limitatif et objet d’un choix arbitraire et, à ce titre, il dessert beaucoup plus qu’il ne sert une argumentation.
Il faudra donc garder à l’esprit que ces exemples pourraient être multipliés à l’envi, et ce, non seulement pour les grands évènements qui jalonnent les époques, mais aussi et peut-être surtout, dans la sphère de la vie quotidienne de chacun, faite d’images, de raccourcis tronqués et de représentations.

Le chaos que nous connaissons actuellement trouve son origine la plus contemporaine dans les bombardements occidentaux de l’Irak, en 1992 d’abord,  en 2003 ensuite.
L’homme moyen des pays de culture et de tradition chrétiennes, l’homme moyen des riches sociétés de l’Occident, a tremblé d’effroi quand, photos satellites et rapports circonstanciés des services de renseignements à l‘appui, on lui a présenté l’Irak comme détenteur de stocks d’armes de destruction massive et doté d’une armée redoutable, la troisième du monde. Comment ne pas le croire quand tous les affreux médias, de tous bords, et quand tous les dirigeants- ou presque (1) -clamaient d’une seule voix alarmiste qu’il fallait sauver le monde, détruire ce monstre irakien - comparé, comme tous ceux qu’on se propose d’éliminer, à Hitler - sinon c’était tout le Moyen-Orient qui subirait demain sa loi ?
Et le Moyen-Orient, voyez là, sur la carte, c’est là-bas que nous nous approvisionnons pour faire rouler vos voitures, chauffer vos maisons et faire voler vos avions…
Plus de dix ans après, ces mêmes dirigeants, au premier rang desquels Tony Blair, avouent que tout ça était faux, qu’en fait de troisième armée du monde, cette armée était relativement faible et qu’il n’y avait pas plus d’armes de destruction massive en Irak qu’il n’y a d’œufs en or dans le cul d’une poule. Mais peu importe à présent, l’objectif a été atteint, Saddam Hussein a été pendu haut et court sous les applaudissements d’un monde civilisé, résolument anti-peine de mort, et l’Irak a été détruit.
Personne ne pense plus que ce faux ait pu être réellement faux. Il fut vécu, donc il fut. Comme une image subliminale prise pour du réel. Au prix de milliers de morts.
Même scénario quelques années plus tard avec la Lybie et avec la Syrie. L’irréprochable Occident, les droits de l’homme cousus sur ses bannières flottantes, coupe tout ce qui dépasse, bombarde, tue, détruit, incendie et les peuples occidentaux applaudissent à la grandeur d’âme et à la force droit-de-l’hommiste qui partout fait régner le Bon et éradique le Mauvais.
On tue Kadhafi, on incendie son pays, on fait main basse sur ses puits de pétrole. La France et ses multinationales s’arrogent une part de marché de plus 30 pour cent.
Passons en Syrie : Assad est un tueur, un fou qui a massacré son peuple et usé contre lui des armes chimiques. Fabius le clame partout et, la gueule plus parfumée que jamais, annonce qu’il ne mérite pas de vivre, (sic) bref, qu’on lui réserve le sort de Saddam Hussein et de Kadhafi.
En l’occurrence, si les gens du réel inversé avaient eu encore un peu d’ordre dans leur façon de penser, ils se seraient quand même demandés comment un diplomate, le premier diplomate du pays des droits de l’homme, du droit tout court et de la présomption d’innocence, un diplomate dont la chafouinerie consiste essentiellement à partout sauver la paix, peut annoncer comme ça, avec autant d’émotion que s’il annonçait le prix du pigeon sur pieds, qu’il se propose de tuer un homme, aussi hideux puisse-t-il apparaître, sans aucune autre forme de procès, et simplement parce qu’il en a décidé ainsi.
Tant d’audace fait froid dans le dos et tant de silence devant cette audace pétrifie ! A ce stade, le mensonge est tellement acquis et tellement sûr de lui que toutes les extravagances lui sont permises : seule la vérité falsifiée a désormais droit de cité dans les appréciations des uns et des autres.
Hollande, chef de guerre incapable dans ses murs de procurer le moindre bien-être à ses concitoyens, saute sur l’occasion pour donner le change, fait donc chauffer ses avions, réunit ses généraux, compte ses bombes… Obama recule ses pions, Hollande recule les siens, renvoie ses généraux et se retrouve gros Jean comme devant. Pourquoi ? Parce que la falsification n’est pas assez bien préparée, que l’ONU s’en mêle, enquête, piétine, tousse, tergiverse, n’arrive pas à réunir les preuves et qu’il n’est donc plus si évident qu’on puisse faire gober à tous ces imbéciles qui peuplent le reste de la planète que ce soit Assad qui ait utilisé l’arme chimique. Ce serait plutôt « les rebelles », les mêmes que tout ce beau monde soutient et arme, dont Fabius dit qu’ils font du bon boulot, et parmi lesquels se trouvent ceux qui sont venus égorger et massacrer à Paris en Janvier et en novembre 2015.

Fabius annonce aujourd’hui qu’il pourra travailler avec le tueur qu’il se proposait de trucider hier. Juppé bouffe son chapeau et dit de même et que c'était une erreur de bombarder la Lybie quand il était ministre des Affaires étrangères. Les gens écoutent et opinent du chef, sans plus d’état d’âme…. Errare humanum est. Si demain la vérité doit être à nouveau renversée cul par-dessus tête et qu’on en revienne aux premiers mensonges, peu importe, ce qui est vrai c’est ce qui est présenté comme tel en vertu des nécessités du moment.
Et justement, nous atteignons le moment où tout cela commence à faire son chemin dans le désordre de la pensée qui risque de reprendre un peu ses esprits. Les massacres de Paris ont troublé, des voix s’élèvent ça et là, encore timides… Il faut vite asséner un dernier et lamentable mensonge qui resserrera le troupeau, le fera se sentir protégé et aimé afin qu’il ne pense pas à interroger plus scrupuleusement les causes réelles de ses malheurs.
Ce mensonge pétrifiant destiné à protéger tous les autres, ce mensonge qui aurait dû faire bondir d’indignation les gens et les dresser comme un seul homme contre le pouvoir socialiste et tous ses thuriféraires s’ils n’eussent été des ersatz d’humains, des succédanés de citoyens, des zombies et d’indécrottables crétins, voire des salauds, c’est : on nous a attaqués parce que nous aimons la vie, la joie, le football, la musique, la culture et le divertissement !
C’est ce qui s’appelle caresser l’imbécile dans le sens du poil.
Et c’est vrai que regardant les gens dans les grands cafés de Varsovie, heureux, détendus, souriants, main dans la main, ou sortir radieux de l’opéra, du cinéma ou du théâtre, ou encore entendant les supporters de football hurler leurs clameurs au Grand Stade, je les trouve tellement moroses et affligés tous ces Polonais que je comprends maintenant pourquoi personne ne songe à venir les massacrer !
Pour avoir osé proférer de telles fumisteries qui, peut-être le pense-t-il, vont le dédouaner de toute sa sinistre politique guerrière responsable du chaos, Hollande devrait à tout jamais être congédié et assigné à résidence dans le fin fond de la Corrèze.
Il n’en sera évidemment rien : La population préfère, et de très loin,  un odieux mensonge qui la flatte à une vérité qui la blesse.

(1) On doit sur ce point précis et majeur rendre honneur à Chirac, dernier Président du XXe siècle, d'avoir fait ce que jamais un président socialiste n'aurait fait : refuser de marcher dans la combine.

21:05 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, politique, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

09.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 5 -

picasso_stalin_1953_354x406.jpgCe qui distingue fondamentalement le XXIe siècle du XXe, c’est l’insolence décomplexée du mensonge, celui-ci s’étant nourri du désordre général de la pensée autant qu’il a contribué - et continue de contribuer - à le générer, même si tout n’a évidemment pas pris forme du jour au lendemain mais s’est peu à peu glissé dans les pratiques des pouvoirs jusqu’à en devenir une exigence incontournable.
Certes, le mensonge est inhérent à toute politique, et ce depuis la nuit des temps antiques. Il n’est cependant devenu une force véritable de conquête du pouvoir que depuis la fin du XVIIIe, quand les peuples soi-disant souverains ont eu pour devoir de donner délégation à des représentants pour écrire le droit et agir en leur nom.
Les rois n’avaient pas cette pratique constante du mensonge, non pas qu’ils fussent plus bons ou plus honnêtes, mais tout simplement parce qu’ils n’en éprouvaient pas le besoin. Ils n’avaient pas le pouvoir, ils étaient le pouvoir, tant temporel que spirituel, légitimé par le sang et les cieux, et aucune vérité, aussi laide, aussi inique ou aussi grotesque fût-elle, ne pouvait dès lors atteindre à court terme leur puissance et remettre en question une autocratie dont ils avaient à jouir jusqu’à la mort.
Il en fut tout autrement quand il a fallu non plus être le pouvoir mais le devenir, uniquement légitimé par les sautes d’humeur d’un électorat diffus, autant parsemé d’individus lucides que d’abrutis de première classe. Convaincre une telle multitude qu’on est le meilleur et le mieux placé pour défendre ses intérêts n’a pu dès lors se faire qu’en falsifiant peu à peu la vérité, sinon des millions et des millions d’individus eussent été capables d’exercer le pouvoir au lieu des quelques centaines d’apparatchiks qui le détiennent régulièrement, tous toujours  issus du même tonneau depuis l’effroyable Robespierre, dont ils se réclament.
Il a donc fallu inventer une vérité de telle sorte qu’elle ne paraisse accessible qu’à certains. Et qui donc est plus compétent pour énoncer une vérité falsifiée que celui qui la falsifie ?

Les rouages, les enjeux et les structures des sociétés devenant cependant de plus en plus complexes au fur et à mesure des avancées morales, intellectuelles et techniques du monde, la falsification s’est vue dans l’obligation de peaufiner son art. Elle est devenue plus exigeante encore, elle a pris de plus en plus de place jusqu’à devenir, par l'effet d'un renversement accompli, le vrai faux.
Le grand inventeur du mensonge politique moderne, dans sa plus laide et sa plus sanguinaire expression, fut Staline. Sans cette arme redoutable maniée avec une dextérité diabolique, tout puissant qu’il ait été, il n’aurait jamais pu tenir l’immensité de l’Union Soviétique sous sa botte pendant plus de vingt ans. Sous sa dictature, la vérité était tellement blessée à mort que la soupçonner et tenter de lui donner quelque apparence apparaissait comme un crime – et était d’ailleurs puni comme tel – alors que la falsification admise du réel était le signe d’une honnêteté sans faille envers la construction du socialisme. Le citoyen russe, privé de toute vue sur la réalité, ne pouvait que baisser la tête et faire allégeance au petit père des peuples, véritable incarnation du vrai agissant. D’ailleurs, lors des grandes purges, les accusés eux-mêmes finissaient par tout confondre et toujours par s’accuser de crimes et forfaits qu’ils n’avaient jamais commis, avant d' aller crever dans les mouroirs congelés de Sibérie, en tant qu’indécrottables ennemis du socialisme.

L’odieux personnage fut un pionnier. Dans l’outrance, oui, on est bien d‘accord, mais un pionnier quand même. Aucun homme politique après lui, la démesure criminelle et psychopathe en moins, n’a en effet conquis le pouvoir et ne l’a exercé sans s’appuyer sur cette doctrine du réel inversé et dont la devise pourrait ainsi être synthétisée : si les faits me contredisent, je modifie les faits.
Dans les dernières décennies du XXe siècle, le monde était cependant moins complexe et ses objectifs et contradictions plus directement perceptibles. Chacun, en vertu de lui-même, de sa construction personnelle, ou, pour les moins fins, en s’appuyant sur ce que leur dictaient chaque soir la sacro-sainte télévision et chaque jour le journal, pouvait à peu près comprendre et, comme dans les westerns de série B, déterminer où étaient selon lui les méchants et où étaient les bons sur le vaste échiquier des tumultes de la planète.
Mais avec l’avènement des premiers aventuriers politiques du XXIe, qui n’ont appris et retenu de l’histoire des peuples, des cultures et des religions que ce qui peut être utile à l’accomplissement de leur aventure, nous sommes entrés dans l’ère du révisionnisme intégral et, par voie de conséquence, dans celle de l’ignorance savante et du désordre achevé de la pensée.

16:43 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature, écriture, histoire |  Facebook | Bertrand REDONNET

07.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 4 -

344286575_ebd6bce97c_z.jpgEn 1419, les Anglais du roi Henri V assiégèrent Paris et le prirent enfin après l’avoir ruiné et affamé. Jules Michelet raconte alors deux livres témoignant de cette époque, l’un d’un gars du populo et l’autre d’un moine de Saint-Denis :

«  Si l’on veut voir comment les longues misères abaissent et matérialisent l’esprit, il faut lire la chronique d’un Bourguignon de Paris qui écrivait jour par jour. Ce désolant petit livre fait sentir à la lecture quelque chose de la misère et de la brutalité des temps. Quand on vient de lire le placide et judicieux religieux de Saint Denis, et que de là on passe au journal de ce furieux Bourguignon, il semble qu’on change, non d’auteur seulement, mais de siècle. .. » 

Ce récit prouve qu'on ne peut dire l’histoire de son époque qu’à la lumière de ce qu’on en a vécu et qu'il n’y a d’histoire que la somme des histoires individuelles vivant contradictoirement, en phase ou dans un silence résigné, une même réalité. L’homme qui a fait tourner des entreprises en distribuant des salaires de misère, qui a amassé de l’argent et roulé carrosse toute sa vie retiendra de son époque qu’elle fut florissante. L’homme qui n’aura rien amassé du tout, sinon de quoi avoir le droit de survivre et de s’endetter jusqu’au cou, retiendra de son époque, à supposer qu’il ne soit pas trop con dans sa tête, qu’elle fut une époque de chiens errants. Un écrivain qui aura rencontré le succès avec des livres médiocres, n’écrira pas que son époque fut médiocre mais qu’elle fut raffinée et copieusement cultivée. Un autre qui n’aura jamais été lu que par quelques-uns autour de lui, affirmera que ce fut une époque d’affreux béotiens et et caetera, dans tous les cas de figure, dans toutes les couches de la géologie sociale et à toutes les époques.
C’est la raison pour laquelle l’histoire ne peut être écrite que par ceux qui ne l’ont pas vécue et qu’elle ne peut être éclairée que par la trainée de poudre qu’elle laisse derrière elle.
Je dis donc la trainée de poudre laissée derrière elle par ma propre histoire et non la trainée de poudre de l’histoire.

Quelques années après le retour terrible, accablant, de l’ennui des années 80/90 dans le ventre mou de la sociale-démocratie Mitterrandienne, vint le temps d'une intégration relative et de la résignation.
La quarantaine toute proche, l’impossibilité de continuer à vivre en marge, les coups reçus, l’érosion des armes critiques avec lesquelles nous nous étions crus forts, la lassitude, ont fait de moi un être tout à fait ordinaire dans des temps ordinaires jusqu’à l’écœurante insipidité.
Toute une époque qui avait demandé, concrètement ou de  façon diffuse, la fin de la politique, venait de signer des deux pattes le retour d’une espèce de front populaire à la gomme.
Des cendres de mes dernières illusions, il ne me restait rien. Que ce fond de l’être, silencieusement obstiné, car encore enclin à penser, malgré tous les dénis d’un réel courant sur près de vingt-cinq ans, que le monde devait être reconstruit de plus équitable façon.
Les erreurs d’appréciation – dont la plus grave, celle dont il est principalement question ici, c’est-à-dire de croire que les hommes s’acheminent forcément vers des sociétés plus humaines - ont la vie dure.
Jusqu’à la psychose et jusqu’à la foi du charbonnier.
On se marrait quand même bien encore en levant nos verres et en entendant – en lisant plutôt – la propagande socialiste du moment, carrément volée aux situationnistes : Changer la vie.
Il s’agissait pour les charognards de détruire l’essentiel en lui donnant un semblant d’apparence. Ces charognards-là faisaient la fête sur le cadavre décomposé de l’intelligence critique. Et même s’ils ont tour à tour changé de nom, de pelage et de plumage, ils n’ont jamais cessé, depuis, de se régaler des reliefs d’une fête humaine définitivement vaincue.
Tous ces vautours, leurs cours de chambellans et leurs piétailles repoussantes et ignares n’ont toujours eu à la bouche que le mot « réformes » ou « changement », afin de mieux décapiter les peuples en fouillant plus profondément dans ce qui leur reste de tripes.
D’ailleurs, le grotesque président que s’est offert, en France et en dernier lieu, la bêtise des urnes n’annonçait-il pas, faisant preuve en l’occurrence d’une originalité à faire se cabrer d’hilarité un cheval de bois : Le changement, c’est maintenant ?

Si être progressiste, être pour le changement qualitatif, c’est prêter le moindre crédit à ces immondices dignes des plus vilains caniveaux du Moyen-âge, alors, oui, enfin, je suis un réactionnaire !

13:03 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

03.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 3 -

littérature,politique,histoire,écriture[...] Ainsi, à l'époque, rares furent ceux qui ont su qui était l'auteur d’un livre publié au tout début des années 80, Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1980, en référence, on l’aura compris, au titre d’un anonyme de la colonne Durruti, Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937,  réédité en 1979 et traduit par Guy Debord et son épouse, Alice Becker-Ho.
Les deux livres, celui de 1937 comme celui de 1980, étaient signés par Un incontrôlé.

Bien plus rares encore furent ceux qui eurent l’heur d’en débattre, au cours de longues discussions passionnées et dans des nuits sans fin, avec l’auteur quand le manuscrit était en cours d’élaboration.
Je fus une de ces trois ou quatre personnes qui eurent ce privilège.
Vingt ans après, en  2011, la fille de cet auteur, Marion, a réédité  le livre de son père, qui fut donc mon ami, mon grand et irremplaçable ami.
Jean-Claude était venu me voir en Pologne à l’été 2006. En septembre de la même année, je l’avais revu en France. C'est lui qui  nous avait conduits de bon matin à la gare de Surgères pour le retour… On s’était serrés dans les bras, comme de vieux frères.
Ce fut, sur ce quai de gare que la nuit brumeuse envahissait encore, la dernière fois.
Jean-Claude est mort en décembre. Nous étions amis depuis le début des années 70.

Son livre, donc, était une violente diatribe dirigée contre celui du situationniste italien Gianfranco Sanguinetti, Du terrorisme et de l’Etat, également traduit par Debord. Il précisait, point par point, avec une écriture affûtée telle une arme de précision, l’impasse dans laquelle s’étaient fourvoyés, selon lui, les théoriciens situationnistes du moment.
Pour illustration de ce que ces derniers avaient bel et bien perdu toute complicité avec ce qui se passait autour d’eux et sans eux, il fut rapporté à l’auteur - qui s’en confia à moi en rigolant comme un perdu - que Guy Debord aurait condamné ce pamphlet d’une flèche sans appel : Ce ne peut être là que l’œuvre d’un flic !
Ces oralités cependant n’ont jamais été vérifiées par qui que ce soit et ne peuvent dès lors prétendre à l’indéniable vérité. Je les cite simplement pour les avoir vécues et parce que tout ça me rappelle de grands et vrais moments d’amitié. Ce qui est absolument certain en revanche, c'est que Debord a lu le livre et l'a qualifié de "très louche".
Malgré toutes leurs indéniables qualités, les situationnistes en général et Debord en particulier avaient, eux, ça de profondément "louche" qu'ils considéraient que toute critique radicale ne pouvait émaner que de l'un d'entre eux et que ceux qui n'avaient pas encore renoncé à se battre directement étaient manipulés, voire carrément des flics !
Il faut cependant reconnaître que tout n’était pas faux dans le livre de Sanguinetti, loin de là. Il mettait au jour avec brio les implications de l’État italien, via ses services secrets, dans divers attentats sanglants attribués aux Brigades rouges, et nul n’a pensé, à l’époque - la bouche pleine d’une feinte sagesse et avec une modération de chien battu comme il est coutume de le faire aujourd’hui - à parler de «  théorie du complot » ou autres gros mots destinés à empêcher toute analyse honnête et perspicace de porter atteinte à la candeur et à la virginité des appareils d’État. C’est bien pratique. Comme tout ce qui est, d’ailleurs, de nos jours, ainsi emballé dans des formules à l’emporte-pièce et fourre-tout. Les formules clouage-de-bec de ceux qui ont l'art de faire soupçonner le plus là où ils savent le moins…
Ce qui était par contre condamnable et très fâcheux chez Sanguinetti et que dénonçait avec force la critique de notre ami, c’étaient les nombreux amalgames, parfois insultants et carrément mensongers à l’égard de certains anarchistes ayant mené combat de part et d’autre des Pyrénées et, pour certains, encore en lutte. Ce qui laissait d’ailleurs fortement à penser qu’à part avec la théorie, le situationniste italien ne s’était jamais directement confronté aux forces de l’état.

Si j’en parle longuement ici c'est que, pour moi, ce fut le signe tangible  d’une rupture entre les théoriciens, aussi brillants eussent-ils été, et les camarades encore engagés dans l’affrontement, quelque forme que puisse prendre cet affrontement.
Ce fut tout… Il n’y eut pas de suite, ni à l’affrontement, ni à la théorie. L’époque était morte et passait le relais à ce que les politiques appellent sans vergogne « les sociétés apaisées », même si le susdit apaisement est aujourd’hui en train de leur péter à la gueule, et par des voies dont ils n’auraient jamais soupçonné qu’elles puissent être dangereuses.
La fête promise était donc remise aux calendes grecques des illusions et le romantisme du non-travail écrivait le dernier vers de son dernier sonnet.
Les hommes de bonne volonté, un à un, se séparèrent et passèrent sous les fourches caudines du salariat. Sanguinetti se reconvertit dans les affaires immobilières, tous les copains trouvèrent un boulot et fondèrent une Rome à eux.
Je me fis dix ans durant marchand de bois avant de sombrer fonctionnaire et  d’attaquer le XXIe siècle loin des préoccupations subversives.
In fine, je ramassai quelques affaires et partit en exil...

Guy Debord, lui, se suicida en novembre 1994. Ses livres sont des livres difficiles. Georges Monti, avec lequel il eut des contacts pour l'édition d'un de ses livres, me disait il y a quelques années que peu, finalement, sont ceux qui ont compris, aujourd’hui encore, La Société du spectacle.  Debord, en dépit de quelques erreurs ponctuelles de jugement,  n’en reste et n’en restera pas moins un des penseurs les plus clairvoyants, les plus brillants de la fin du XXe et un des plus influents, tellement que ses pires ennemis ont été contraints d'utiliser ses travaux pour les détourner à leurs propres fins, en les séparant de la totalité sociale à laquelle ils s’attaquaient.
Tout cela peut sembler scandaleux mais il n’y a pourtant là rien qui ne soit du ressort de la logique historique. Debord a été dévoré par le monstre qu’il avait si bien identifié et fait sortir de sa cage : le mensonge spectaculaire, dont le rôle est de fabriquer le monde sur un mensonge global fait d’une infinie quantité de vérités partielles. Sa récupération participe donc de cette construction parcellarisée, de cette mosaïque de contre-vérités qui forme un Tout véritable, un peu comme les touches multiples de l'impressionniste donnent, en prenant deux pas de recul, un vrai paysage. Réifié, tout comme l'environnement vital où doit s'exercer notre pensée.
L’État a ainsi  racheté toutes les archives de Guy Debord et lui a consacré une exposition du meilleur genre en 2009, à lui qui avait écrit : 

Les auteurs à opinions politiques révolutionnaires, quand la critique littéraire bourgeoise les félicite, devraient chercher quelles fautes ils ont commises.

C'est donc dans ce monde que nous vivons, un monde où « mentir est superflu puisque le mensonge est devenu vrai » Günther Anders - L'obsolescence de l'homme, (1956) -
Et c'est, à mon sens, ce que nous devons toujours avoir à l'esprit pour comprendre les moments chaotiques que nous avons aujourd'hui à traverser.

*

Illustration du haut : Jean-Claude, mon frangin et mézigue en Pologne en juillet 2006... Commentaire acide de J.C quand il a vu la photo : Le Politburo ! :))

littérature,politique,histoire,écriture

littérature,politique,histoire,écriture

littérature,politique,histoire,écriture

16:15 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature, politique, histoire, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET