UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.07.2018

L'os des nécrophages

kruger-national-park.jpgLa France est loin de moi mais je ne suis jamais loin d’elle…
En un mot comme en cent, ce qui la touche touche mon cœur d’exilé.
Il n’est dès lors pas besoin d’être Jérémie pour deviner que depuis quelques jours le lamentable feuilleton de l’été, joliment sous-titré l’affaire Benalla, m’afflige à tout point de vue.
Que les faits reprochés au collaborateur du Président soient fortement répréhensibles, certes, il n’y a pas grand monde pour en disconvenir, même  pas l’intéressé lui-même.
Mais les cris de vierges effarouchées des Le Pen et consorts et des comédiens cabotins de la France qui se dit insoumise ne sont guère plus brillants. Peut-être même pires...
Entendre en effet éructer à l’unisson les apprentis bolcheviques, les nostalgiques atrabilaires du fascisme et les imbéciles meurtris de la droite naufragée - le tout pour tenter de se refaire une santé politique à pas trop cher après les cuisants échecs des uns et des autres -  a quelque chose de profondément répugnant et le tableau dépasse en turpitude celui d’un aventurier proche du Président et malmenant un gars dans une manifestation où, soit dit en passant, tout le monde est là pour malmener tout le monde.
Ce qui n’excuse rien à l'ignominie des actes du susdit aventurier, je m’empresse de le dire avant que les imbéciles bêlants ne s'empressent de me le faire remarquer.

J’ai donc relevé deux réflexions à mourir de rire pour ne pas avoir à en chialer de honte.
La première, c’est Marine Le Pen qui accuse le Président Macron de se conduire en chef de clan. Ça n’est tout de même pas banal  d’entendre ça d’une admiratrice de la Milice, thuriféraire de la Phalange espagnole  et complice idéologique de la ligue du Nord italienne….
Comme « clans » , difficile de trouver plus sordides, coco !
Mais le pompon appartient quand même à la deuxième, soit à l’excité moitié gauchiste, moitié artiste, moitié député de la gouaille, qu’est Ruffin. Seule la police a le privilège de la violence légale, qu’il déclare sans vergogne, le bonhomme.
Oui, Ruffin, gars de rin ! T’as malheureusement raison.
Le problème c'est que de Lénine à Pinochet toutes les crapules sanguinaires de la terre n'ont jamais dit autre chose…

Alors, pour faire chier toute cette clique, je dis : Vive le Président Macron ! Hahahaha !

Écrire un commentaire