UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.08.2018

Déjà...

20180808_150340(1).jpgDans l’air, pourtant toujours rassasié de lumière et de touffeur, y aurait-il déjà quelque chose de l’automne que nous, les hommes, ne percevrions pas mais que verraient, sentiraient et respireraient les grands oiseaux du ciel ?
Ou alors, ce pressentiment de la lente disgrâce de l’été leur serait-il donné par une carte que nous ne savons lire que très approximativement, celle des étoiles, des planètes et des galaxies ?
Mais il est vrai qu’il y a aussi, tout près de nous, sous nos yeux, les ombres qui s’allongent aux lisières des bois et des forêts et les fruits de plus en plus lourds aux branches des arbustes.
Toujours est-il que les cigognes, d’ordinaire plutôt solitaires, se sont regroupées sur les chaumes et la poussière des prairies.
Et, au loin, depuis les clairières humides, encombrées d’ajoncs et de broussailles, les grues jettent leurs cris discordants, qu’on a peine à imaginer être ceux d’un oiseau.
Bientôt, tout ce beau monde prendra donc le ciel ; à grands coups d’ailes, vers d’autres ciels, d’autres horizons, toujours les mêmes…
Et passent ainsi les humeurs des saisons, toujours les mêmes, mais qui, chaque fois, nous trouvent plus fragiles et plus démunis, tant ce va-et-vient, nous le savons bien, n’a d’éternel que notre brièveté.

17:30 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

En Grèce un proverbe dit que l'été commence en mars et l'hiver en août...

Écrit par : elizabeth legros chapuis | 15.08.2018

Bien le bonjour, Elisabeth !

Et on dit, ici, que les nuits se font un tantinet plus fraîches à partir de la sainte Anne, soit le 26 juillet...
J'ai peine à m'en apercevoir, je l'avoue.

Écrit par : Bertrand | 15.08.2018

J'ai encore vu deux martinets, hier 16.08. D'habitude, on n'en voit plus après le 08.08. Il s'agit sans doute de deux retardataires. Mais on a atteint le point de bascule, on le sent. La canicule est finie.

Écrit par : Feuilly | 17.08.2018

Voilà un oiseau qui serait bien indiqué pour servir d’emblème aux hommes et femmes politiques : il n’arrête pratiquement jamais de voler :!))

Écrit par : Bertrand | 17.08.2018

Écrire un commentaire