UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.12.2018

Perplexité déroutante

Bez tytułu.pngL’exilé jette chaque jour un œil attentif sur les actualités de son pays. En triant, en pesant, en décodant le plus possible avec ce qu’il sait de ce pays.
Ce clin d’œil est sans doute indispensable pour ne pas désolidariser fondamentalement l’arbre de sa racine et j’imagine qu’il en va de même pour tous les expatriés du monde, où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent.
Si l’exilé agit ainsi, c’est pour son plaisir, pour entendre la respiration de sa lointaine patrie, même si ce qu’il lit ou voit ne l’agrée pas toujours.
Hélas me voilà contraint – momentanément,  j’espère -  de tordre le cou à cette habitude, tant ce que je lis et entends me dégoute. Partout. Sur les sites d’infos comme sur les réseaux sociaux, hauts lieux des ego malades d’acrimonie et des paranoïas suraigües. Là où la bêtise la plus crasse est déguisée en perspicacité et la mièvrerie de la parole en saillies fort avisées.
La palme du nauséabond revient à n’en pas douter à Mélenchon, capable de dire le contraire de ce qu’il a dit deux heures auparavant, sans vergogne, comme s’il était fou. Ce qu’il est sans doute de plus en plus.
Dégoût des idéaux sans idéal, des malversations, des inversions, du confusionnisme, de la haine, du langage de charretier. De tout.
La Pologne me semble, à côté, un havre d’intelligence et de paix.
Et je me demande comment 120 000 personnes sur tout le territoire français peuvent semer ainsi la pagaille et distribuer le chaos, quand ils étaient 250 000 à Varsovie intra muros le 11 novembre dernier pour célébrer le centenaire de la renaissance de ce beau pays, avec des éléments ultranationalistes  mêlés à la foule…
Pas un heurt, pas une casse, pas une bagarre, pas la moindre égratignure à la moindre voiture.
Perplexité
De la singularité d’être français, écrivait Roger Vailland.
Singularité désastreuse !

17:22 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

"Les évêques de Pologne, le président de la République, le Premier ministre, les présidents de la Diète et du Sénat et quelque 100 000 fidèles ont participé le 19 Novembre dernier à Cracovie, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine, à l’ « Acte d’accueil du Christ comme Roi et Seigneur de Pologne ».
Une voyante polonaise, Rozalia Celakowna (1901-1944), avait écrit dans ses Mémoires : «La Pologne ne périra pas aussi longtemps qu’elle accepte le Christ comme Roi au sens plein du mot, si elle se soumet à la loi divine, à la loi de Son Amour. (…) Il y aura un terrible châtiment dans le monde (…). Seuls les États ne périront pas (…) qui le reconnaitront comme leur Roi et Seigneur ».

Cf : http://www.correspondanceeuropeenne.eu/2016/11/21/consecration-du-pays-au-christ-roi/

Écrit par : solko | 09.12.2018

Si maintenant les voyantes s'y mettent...On n'a plus d'espoir.Et puis ces menaces, cette haine de petits calotins moroses et assassins. Pas mieux que les fran mac, va, la même engeance... à vomir sur les valeurs qu'ils sont censés professer. Quelle tristesse ! A quand les bûchers de la Sainte Miséricorde? Quelle absurdité ! Credo quia absurdum...

Écrit par : cleanthe | 10.12.2018

@ cléanthe :
Eh oui, rendre à un pays la légitimité de sa cohésion spirituelle, cela permet d'éviter le chaos entre ses membres et d'éviter la dilution de ce qui fonde sa continuité historique, pas besoin d'être un grand voyant pour comprendre cela. Cultiver, au contraire, le débat contradictoire et vain dans les medias pour provoquer du consentement volontaire de chacun à des valeurs de plus en plus abstraites, désincarnées, et surtout inopérantes, c'est engendrer un ordre nouveau qui condamne les pays, les nations et leurs cultures à la dilution dans un gouvernement mondial qui ne peut être que tyranique.
Je ne vois pas en quoi c'est haineux de l'affirmer.
Je connais bien, en revanche, les éléments de langage de la propagande anti-cléricale enseignée dans les manuels scolaires pour l'avoir têtée jadis sur les bancs de l'école républicaine, et j'en suis depuis longtemps revenu, au vu des crises économiques et morales, des pogroms, goulags et autres génocides engendrés par l'atheisme et ses révolutions prétendument progressistes (à commencer par la française).
Il y a, dans la royauté affirmée du Christ en croix et sous sa bannière, bien plus à prendre et à comprendre, y compris pour la raison, que dans les idéologies politiques, les dogmes des prétendues "sciences humaines" et les théories des économistes. La simple lecture du livre des Psaumes, celle des Evangiles et celle de l'Apocalypse suffit à le comprendre. Mais de ces lectures, la jeunesse est soigneusement et systématiquement éloignée par les systèmes modernes de propagande, de conditionnement et de divertissement; à moins d'avoir la chance de naître dans une famille catholique, ce genre de famille qu'en France on va bientôt présenter comme un modèle de fascisme et de stupidité, quand la famille décomposée (comme elle porte bien son nom hélas !) nous est présentée comme un modèle de civilisation...
Isolé, l'individu s'y retrouve en effet plus adaptable, plus malléable et corvéable. Pour être né dans ce type de famille, je sais de quoi je parle.
Je vous dirais pour finir, sans aucune haine ni parti-pris, comme je vous dirais qu'un repas chez Bocuse vaut mieux qu'un hamburger au Mac Donald, qu'une messe, une messe bien comprise, vaut bien mieux en terme de liberté, d'égalité et de fraternité qu'un meeting politique ou qu'un mondial de foot... Heureuses les nations libres dont les dirigeants politiques ont compris cela...

Écrit par : solko | 11.12.2018

Quelles sont les nations qui ont compris qu'une messe bien comprise vaut mieux qu'un Mac do au missel (nul je sais, je ne peux pas m'en empêcher)? Je suis heureux d'apprendre que les siècles d'instruction religieuse, ceux qui ont précédé la boucherie de 1789, étaient un modèle d'amour et de fraternité...Qu'est-ce qu'une messe bien comprise ? En langue vernaculaire ? En latin ? Personnellement je préfère le latin.

Je ne suis absolument pas anti clérical, je respecte toutes les croyances à partir du moment où on ne vient pas m'apporter la bonne parole. Je trouve le récit biblique très poétique dans certaines de ses régions, et très certainement il y a beaucoup à comprendre et à aimer. Et je ne remets même pas en question le besoin humain de transcendance...Mais voyez-vous, Monsieur Solko, je ne peux adhérer ni même croire qu'un retour à la bannière d'un Christ-Roi facebookisé est la meilleure des solutions pour régler certains problèmes qui hantent notre "modernité". Les idées, la poésie, c'est très bien, et les Textes en regorgent...Mais lorsqu'on fait d'une esthétique une arme de guerre ontologique, fût-elle pacifique (quoique votre voyante...), on redistribue les cartes venimeuses d'une nouvelle tyrannie car l'on force l'idée dans les chemins infinis du réel. Bon, je trouve aussi le matérialisme ambiant particulièrement débilitant, la puissance des images très dangereuse, sans pour autant être iconoclaste, je serais même plutôt iconophile. Voyez-vous j'aime me promener dans la solitude des églises et des monastères, mais à côté de cela, il y a des droits humains, notamment au point de vue sexuel, que l'institution religieuse n'accordera jamais. Mais il y a plus...Si vous n'aimez guère la franc-maçonnerie (moi non plus, sans cependant faire un amalgame généralisé), je n'ai guère de sympathie, par exemple, pour l'Opus Dei...Sinon prier pourquoi pas...Et puis, quand même, admettrez-vous qu'à côté des bienfaits civilisateurs des religions, notamment l'écrit, le scriptorium, le développement du savoir, il existe une face sombre faite de jeux de pouvoirs, d'hypocrisies, d'assassinats, de meurtres et de petites tortures sadiques...Bernanos a écirt des pages magnifique sur la foi et le doute qui lui est intimement lié...Mais l'inquisition, les massacres, les guerres religieuses, le refus de l'altérité, la volonté de réduire à l'identité, ça aussi, ça a existé...Trop souvent, derrière la "vérité" religieuse, se cachent les marionnettiste, comme partout ailleurs...Ce qui n'empêche pas d'avoir une foi simple et grandiose. Si l'athéisme n'a rien arrangé, je ne pense pas qu'un retour du Christ-Roi, sur l'avant-scène de notre tragi-comédie puisse arranger les choses. Mais il y a tellement à dire...

Écrit par : cleanthe | 11.12.2018

Cléanthe est fatigué. Cléanthe bégaie. On excusera.

Écrit par : cleanthe | 11.12.2018

Cléanthe est évidemment excusé. Pardonné, même :))

Je vous lis tous les deux.... J'essaie de voir la relation entre ces gens de jaune vêtus gueulant sur des ronds-points merdiques et le Christ...
Je ne vois pas. Ils ne sont à mon goût certainement ni l'expression de son rejet par des siècles d'athéisme militant, ni celle annonçant son retour (en amour et en idée) parmi les hommes.
Ils ne sont que l'expression d'eux-mêmes. Autant dire l'expression d'un RIEN qui se prend momentanément pour un TOUT.
Effrayant !

Écrit par : bertrand | 11.12.2018

C'était une réponse à l'angoisse de sécularisation exprimée par Monsieur Solko. Pour le reste, assez d'accord avec vous sur le "tout" et le "rien"..les Gilets s’emmerdent depuis si longtemps..."La France s'ennuie" ....

Écrit par : cleanthe | 11.12.2018

Écrire un commentaire