UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.03.2012

Les mots savants des ignorants

800px-Buxus_balearica.jpgDes mots que les dictionnaires ignorent, traînent encore dans ma mémoire.
De vieux mots dont il semblerait que la seule fonction ait été de dire le monde autrement que dans sa version officielle, mais qui ignoraient totalement leur transmission et  leurs racines.

Ainsi le buis.

Oui, cet arbuste généreux, à feuilles persistantes, et qui pousse le long des murailles ou alors qu’on entretient artificiellement dans son jardin.
En  Charente-Maritime, le  château du Douhet, qui se trouve à mi-distance, environ, de Saintes et de Saint-Jean-d’Angely, peut s’enorgueillir d’une antique forêt entièrement composée de buis, aux troncs torsadés, rugueux et épais.
Je me suis laissé dire qu'elle avait été plantée par Charlemagne, cette forêt.
Le long du chemin qui montait chez Zozo, là où il s’était assis en revenant de chez Bertin, l’éleveur de chèvres, souvenez-vous, il y avait un épais buisson de buis dans lequel se chamaillaient des moineaux.

Nos chemins d’école étaient également bordés de très vieilles haies de buis. Nous en récoltions les fruits, en forme de petites marmites,  pour jouer, pour le plaisir de les aligner sur des fils.

Mais jamais nous n’aurions appelé ce buis du buis… et la plante n’était guère en odeur de sainteté, c'est le cas de le dire, au foyer familial. Ma mère n’aimait pas le buis… C’était là une plante de bigot, une chafouine qui aimait à se faire bénir.
Et justement… Il eût alors mieux valu, pour être cohérents,  que nous la nommions par son vrai nom, cette plante cabotine !
Or, nous l’appelions, nous les païens, athées, mécréants, d’un nom que je ne saurai orthographier correctement, hosanne ou ausanne… Comme on veut. Comme on l'entend.
Nous causions. Nous n'écrivions pas.
Une palisse d’hosanne, disions-nous, et le mot, transmis de bouche à oreille, de chemins creux en chemins creux, le mot oral, venait donc directement d’Hosanna, ce chant, ou cette interjection de joie, qui  célèbre l'entrée de Jésus perché sur un âne à Jérusalem, le jour des rameaux, le sol étant alors jonché de branches de buis, jetées par la foule.
Hosanna, mot hébreux, signifiant Sauve-nous, s’il te plaît !
Avec notre patois, nous disions donc le buis dans toute sa symbolique chrétienne et notre ignorance spontanée n'avait d'égal que la justesse de nos étymologies.

09:44 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

'Avant d'entamer la remontée vers le village, il s'accorda une petite pause en bas du chemin rocailleux. Il s'assit là, sur un vieux mur moussu et croulant sous le buis, posa son fusil à ses côtés et roula une cigarette. L'air d'octobre était presque doux et le crépuscule se glissait à pas feutrés, gommant une à une les pierres du chemin et le contour de toutes choses. Zozo vit la pleine lune, à peine voilée dans un brouillard orangé, venir se poser en haut des peupliers et la première étoile s'allumer au chevet des ombres grandissantes. Il entendait aussi, juste derrière son dos, des moineaux qui se chamaillaient pour une branche de buis où dormir.'
"Zozo, chômeur éperdu" de Bertrand Redonnet - éditions Le temps qu'il fait - p.99

Magnifique Zozo !

A l'occasion, aller un jour marcher
' En Charente-Maritime, (près) le château du Douhet,(...) à mi-distance, environ, de Saintes et de Saint-Jean-d’Angely, (dans cette) antique forêt entièrement composée de buis, aux troncs torsadés, rugueux et épais, plantée par Charlemagne'.

Plantée plutôt dirons-nous, par les zozos travaillant à la gloire des empereurs de tous poils...

Écrit par : Michèle | 06.07.2010

Belle façon (mais habituelle chez vous) d'arpenter le territoire de la langue (c'est-à-dire le territoire tout court puisqu'il n'y a de monde que dans la mesure des mots qui le composent/décomposent)

Écrit par : nauher | 06.07.2010

Les commentaires sont fermés.