UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.05.2017

Les mange-merde

une_canard_28122016-S.pngJe ne vais pas me faire que des amis. Je le sens bien.
En écrivant ces quelques lignes, je pourrais même transformer certains de mes amis en ennemis. Ce qui, concédez-le, serait quand même ballot !
Je vais en effet, et je crois bien que c’est la première fois que mon clavier osera cette dérive, défendre le gouvernement.
Car c’est un spectacle encore plus affligeant, énervant, misérable, nauséabond que de chaque jour lire: un premier couac ici ? Un premier couac là-bas   ? La femme à Ferrand a vendu un appartement en 2011… Son fils a travaillé au SMIG…  Tiens, tiens, tiens, à Gao, Macron n’a-t-il pas commis une première boulette diplomatique en … ?
Et, là, sa femme, hein, qu’est-ce qu’elle fout? Qu'est-ce qu'elle fout, sa femme  ?
On ne lit et on n’entend que de savants folliculaires spécialisés dans le constat dressé avant l’accident. Des imbéciles prétentieux pour qui la sacro-sainte liberté de la presse ne consiste en fait  qu’à brasser les égouts pour qu’en remontent au plus vite les miasmes sous le nez des passants.
On dit souvent que les peuples ont les élus qu’ils méritent. On peut dire aussi qu’ils ont la presse et les médias qui leur siéent : des pots de chambre.
Et ils ont réussi à me rendre passagèrement sympathiques un président et un gouvernement qui, au départ, ne me faisaient ni chaud, ni froid.
Ces journalistes à la noix du Canard enchainé ou de Mediapart, ces anges au-dessus de tout soupçon, ces baveux qui lavent plus blanc que blanc, pour qui roulent-ils exactement ?
A tant aimer fourrer son nez dans les latrines, d’où sort-on soi-même?
Assis sur leurs chiottes en attendant qu’il en jaillisse un bel et profitable étron, croyez-vous qu’ils  se sucrent au SMIG ?
D’ailleurs, comme me l’écrit avec beaucoup d’humour mon ami Philippe :

«Ils vont un jour nous sortir un scoop sur Bertrand Redonnet qui aurait piqué un malabar dans une épicerie de Saint-Sauvant en 1956, et ce, pour prouver au lecteur sa malhonnêteté et dire que L’Exil des mots est une officine mafieuse… »

Ceci étant dit, s’ils ne parviennent à trouver que ça à blâmer dans mon passé, ils sont vraiment niais, tous ces mange-merde de la fausse critique !

15:19 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : critique, politique, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

25.12.2015

A califourchon sur deux siècles - 10 -

images n.jpgA propos de  l'actuel président de la république de France, que dire qui n'ait déjà été dit ou pensé ?
Au risque, assumé, de lasser on peut d’abord affirmer, ou réaffirmer, qu’il est un président par inadvertance. Un président élu non pas pour ses qualités mais contre les défauts d’un autre et, aussi, détail vaudevillesque  que les historiens les plus minutieux retiendront peut-être en pouffant, candidat retenu à la candidature par la grâce d’une fellation inopinée et volée dans une chambre d'hôtel de New York par celui qui allait être «l'élu candidat » des hordes « socialisantes ».
C’est ce qui s’appelle rencontrer l’histoire  par le petit bout de la lorgnette. Ou bien encore avoir le cul bardé de nouilles.
Le voilà donc, notre ennemi de la finance,  installé par les financiers sur le trône républicain et projeté du même coup dans la cour des grands de ce monde, arpentant les tapis rouges de pays en pays, voyageant de capitales en capitales, serrant par-ci la main d’un roi religieux qui décapite régulièrement à tour de bras, donnant l’accolade par-là à un monarque républicain et semant partout sur son passage les stigmates d’une ignorance avérée, justement, des choses du monde.
Reçu au Mali en libérateur après y avoir porté ses armes, on retiendra qu’il s’écria tel un benêt devant son sapin de Noël : C’est le plus beau jour de toute ma vie politique !
C’est assez dire, et c’est effrayant, que sa vie politique se résumait finalement à un grand espoir de faire un jour la guerre !
Sauf qu’avec un fantasme aussi fantasque, il mettait le doigt dans un engrenage qui allait entrainer tout ce que l’on sait et sur quoi coulent encore les larmes sincères de tout un peuple et celles de crocodiles de tous ses « dirigeants ».
L’Histoire conjuguée au présent est vraiment grotesque. Cet homme qui, comme tous les autres avant lui, proposait le changement, ne voit sa cote de popularité faire quelques sauts capricieux de cabri qu’à la faveur d’ignobles massacres. Il n’y a que dans ces circonstances dramatiques que le peuple anesthésié veut bien l’admettre, de façon tout à fait éphémère, comme un chef crédible, un peu comme les moutons qui se regroupent un court instant autour du berger par panique soudaine du loup qui vient de se mettre à hurler aux lisières.
Espérons de tout cœur que la baraka qu’il l’a propulsé au début sur les devants de la scène ne s’exprime pas à la fin de sanglante façon, quelques mois seulement avant qu’il n’ose demander au peuple de le reconduire dans le non-exercice de ses fonctions !
Ce serait payer bien cher le prix d’une ambition minable.

Toutes ces lignes, j’en ai parfaitement conscience, ne sont que critiques ad hominem et, par là-même, fort suspectes ! Mais si c’est bien de François Hollande dont je parle, gardons bien à l’esprit que sans l’abominable Sarkozy comme prédécesseur et sans les obsessions sexuelles du sieur Strauss-Kahn, c'est-à-dire sans lui, le désastre eut été à peu près le même.
Il y a trop longtemps que les gens vivent par, pour et avec le mensonge, trop longtemps que, légitimée par les urnes, la bêtise a force de loi en France comme sur les trois quarts de la planète, trop longtemps que l'économie mondialisée a cloué les espérances de tous aux mêmes piloris, pour espérer qu’un jour les hommes prennent en mains la construction d’un destin en s’appuyant sur du réel enfin remis dans le bon sens, à l’endroit.
Dont acte.
Reste néanmoins que la sournoiserie, la tromperie, l’escroquerie sont plus criantes, plus visibles et plus blessantes encore, quand la publicité qui les mène au pouvoir s’appuie sur un discours humaniste, égalitaire et  volontariste en matière de justice sociale.
C’est là tout le fond de commerce des gens de gauche. Les gens d’en face, ceux de droite - permettez que je passe sous silence les différentes nuances de teinture, parfois subtiles,  qui saupoudrent l'un ou l'autre de ces deux pôles traditionnels de l’échiquier spectaculaire - au moins annoncent-ils plus crûment la couleur. Non pas qu’ils soient plus honnêtes ou plus compétents, mais parce que les sociétés où les vies sont uniquement financées par la banque et distraites par le besoin névrotisé de consommation de marchandises, sont forcément injustes et inhumaines et que, par conséquent, le discours de droite semble à chaque fois plus clairement annoncer la couleur de ses intentions et mieux coller au réel.
Cependant, par l'effet d’une impuissance en même temps accablée par le réel que dictée par l’idéologie, le résultat sera toujours le même, en parfait décalage avec tous les effets d’annonce.

18:50 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : histoire, politique, critique |  Facebook | Bertrand REDONNET