09.12.2013

Diplômes ? Non, non, surtout pas !

littérature,écritureCe qui se passe en Pologne, pour être affligeant, n’est point original. C’est le lot commun à toute l’Europe et, peut-être, à l’ensemble du monde : les jeunes gens n’y trouvent pas de quoi gagner honnêtement leur casse-croûte.  Sauf certains.
Ainsi l’humour polonais, qui avait déjà fait ses preuves avec ses sarcasmes sur le ridicule de la nomenklatura communiste, n’est pas en reste pour fustiger aujourd'hui la misère, les non-sens et la cruauté du libéralisme.
Une dame, donc - raconte cette histoire polonaise - se rend dans les services, équivalents si l’on veut, de ceux du  pôle-emploi en France.

- Bonjour, dit-elle, j’aimerais bien que mon fils trouve enfin un boulot ! Le problème, c’est qu’il n’a aucun diplôme, rien du tout, et il a un p’tit penchant pour la vodka.
- Il y a une forte demande dans le bâtiment. Il peut faire un maçon ou un menuisier…
- Et combien ça gagne ?
- Dans les 4000 zlotys.
-Fichtre ! C’est trop ! C'est beaucoup trop ! Il boira tout, il ne saura se tenir tranquille avec tout ça en poche !
- Bon alors, aide-maçon si vous voulez. Manoeuvre, quoi.
- Combien ?
- 2000 zlotys.
- C’est trop. C’est encore trop pour lui. Je le connais. Vous  n’auriez pas plutôt un p’tit boulot à 1000 zlotys ?
- Ah si Madame ! Mais pour ça il faut être diplômé !

Cette histoire reflétant quasiment mot pour mot la réalité, je dis : Même si, révérence parler, les maçons, les manoeuvres et autres menuisiers me sont éminemment sympathiques, c'est quand même ainsi que meure un certain esprit du monde et ce sera là une des plus grandes réussites dont le libéralisme et ses valets pourront s'honorer.

10:07 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Bref, le libéralisme nous replonge dans la révolution maoïste, quand les intellectuels et les diplômés étaient envoyés aux champs. Au moins avaient-ils du travail, en ce temps-là :))

Écrit par : Feuilly | 09.12.2013

Répondre à ce commentaire

Staline, plus magnanime, les envoyait aux sports d'hiver en Sibérie (!)

Écrit par : Bertrand | 09.12.2013

Répondre à ce commentaire

Souvenez-vous, les Khmers rouges fusillaient tous les porteurs de lunettes, de dangereux intellectuels..

Écrit par : Emery | 10.12.2013

Répondre à ce commentaire

On peut balayer devant notre porte. Je ne sache pas que les discussions et les débats soient très appréciés dans nos lieux de décisions divers et variés. Au nom de l'efficacité immédiate, il y a des lignes toutes tracées :)

Écrit par : Michèle | 10.12.2013

Répondre à ce commentaire

Balayer devant notre porte car elle ressemble à toutes les portes.
En Pologne,puisque l'urgence était de construire après l'apathie collectiviste, il est vrai qu'on assiste à une survalorisation du manuel sur l'intellectuel. Un maçon gagne mieux sa vie qu'un prof, voire qu'un toubib. C'est comme ça. Et les jeunes gens qui fuient à l'étranger pour se retrouver loufiat à Londres, par exemple, avec une maîtrise, ont fait dire à ces cons d'Anglais, toujours aussi délicats avec leur humour à la noix :
- Nous avons les garçons de café les plus diplômés du monde !

Écrit par : Bertrand | 10.12.2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire