05.11.2012

Villon le facétieux

Montfaucon.jpgAu cours de ces petites conversations, toujours fort agréables, qui ont lieu après une soirée musicale, on m’a plusieurs fois parlé de la Ballade des pendus.
Mettre en musique un des plus célèbres poèmes du patrimoine était en effet une prise de risques. Presque une outrecuidance.
Je le savais pertinemment et j’avais collé cette musique sur Les pendus pour mon plaisir personnel, solitaire, ne pensant nullement avoir à l'offrir un jour à un public.
Bien que ma traduction ait été appréciée, j’ai donc entendu une critique que je m’étais déjà faite, celle d’avoir interprété le poème sur un ton proche du pathétique, sans accentuer le côté sardonique, le deuxième degré, des prières adressées post mortem par les pendus aux frères humains.
Critique exacte car cette ballade est avant tout une mise en scène, une raillerie même, d’où le je de François Villon est d’ailleurs totalement - et volontairement - absent.

A la différence notoire de ce quatrain que tous ceux qui ont approché de près ou de loin François Villon,  connaissent sans doute :

Je suis François, dont il me poise
Ne de Paris emprès Pontoise,
Et de la corde d’une toise
Saura mon col que mon cul poise.

Ces vers font à mon sens figure originale dans l’œuvre de Villon, en ce qu’ils sont, ou du moins semblent être, purement autobiographiques, écrits qu'ils ont été juste après sa dernière condamnation de 1462 à être étranglé et pendu ; condamnation dont il fera appel et qui sera commuée en dix ans d'interdiction de paraître sous les murs de Paris.
La prudence est toujours de mise quand on aborde la vie de Villon. Les indices les plus nombreux dont nous disposons sont ceux présents dans son œuvre et c’est une œuvre à tiroirs. Une œuvre impure, qui mêle fiction et réalité avec tant d'ingéniosité et de franchise qu’il n’a jamais été aisé de dissocier réellement celle-ci de celle-là.
Le génie du poète voyou - anarchiste avant l’heure comme on se plaît parfois à le dire- fut en effet de toujours jouer entre traits autobiographiques bien distillés, extrapolations, parodies, dérisions, et contradictions. A telle enseigne, qu’il compose même une Ballade des contradictions :

Je meurs de seuf auprès de la fontaine,
Chault comme feu, et tremble dent à dent ;
En mon pays suis en terre loingtaine

Villon s’applique toujours à déconstruire le réel par la caricature, le jeu de mots et la parodie, passant du ton grave et sensible à la raillerie la plus joyeuse, mais aussi en usant d’une langue compliquée, bigarrée, mariant archaïsmes, argot des voyous, vieux français de l’époque et mots et tournures annonçant la lente évolution de la langue vers le corpus contemporain. Nous sommes à la fin du Moyen-âge.
Le Testament, rédigé au sortir de sa captivité à Meung-sur-Loire, est donc un faux testament, cruel avec ses légataires et qui brocarde avec force ironie, justice, finances et autorités religieuses, dans un langage également accessible au lettré qu'au voyou de l'époque.
Rabelais - quoique fantaisiste sur le sujet - dira au  siècle suivant, que Villon était un homme de théâtre. Presque un metteur en scène.

Mais ses déboires avec la justice pour le meurtre commis sur un prêtre, Philipe Sermoise, le 5 juin 1455, le cambriolage du collège de Navarre et la rixe avec un notaire, Ferrebouc, lui valurent in fine ces fameux dix ans d’exil de la ville de Paris et sa disparition, nul n’a su dire où et quand.
Le poète disparu, sa poésie connaît la célébrité. C’est en effet à la faveur de cette disparition mystérieuse, non élucidée, que Villon entra dans la légende dès la fin du XVe siècle parce que son œuvre était profondément ancrée dans son temps et avait échafaudé une figure multiple, contradictoire et attachante :

D’ung povre petit escollier,
Qui fut nommé Françoys Villon.

On le sait, Villon sombrera dans trois siècles d’oubli, de 1533 à 1832. Il sombrera dès que sa langue acrobatique et ses mœurs de jouisseur turbulent ne seront plus comprises de l’époque nouvelle, avant d’être remis au jour par des archéologues de la langue et de la poésie.

Pour en revenir à ce fameux quatrain donc, où le cou éprouvera  bientôt  le poids du cul, il est indispensable de constater que Villon commence sur une ambiguïté, François désignant dans la prononciation en même temps le prénom et la nationalité.
Ce qui change tout. «Je suis Français et ça me fâche, ça m’emmerde ». En plus, Français de Paris. Ce qui est un comble.
Ce calembour est dirigé contre ceux qui l’ont condamné à Paris et surtout contre les protagonistes de l’affaire Ferrebouc dans laquelle son complice, Robin Dogis, bénéficia d’un jugement plus clément parce qu’il était savoyard.

10:54 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Merci pour cet éclairage d'ancien. Je suis tombé dans ce même travers impudemment. Franklin Hamon

Écrit par : Hamon | 09.11.2012

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien. Votre interprétation, votre diction, sont vraiment réussies. Le fond musical impeccable et bien dans le texte. J'aime. Il est de vous ?

Écrit par : Bertrand | 12.11.2012

Répondre à ce commentaire

Oui.
Merci pour vos encouragements. La voie est étroite entre purisme et impudence, naïveté et honnêteté. J'ai mis en lecture libre quelques vidéos sur Youtube et Facebook. Ce n'est peut-être pas ce qu'il y avait de mieux à faire. Franklin Hamon.

Écrit par : Hamon | 12.11.2012

Certes, comme vous le dites, la frontière est ténue entre l'honnêteté à faire ce que l'on aime et à marcher sur les pas, talentueux, de ceux qui nous ont précédés. Mais il faut oser ce que l'on aime.
Quand j'ai mis l'Albatros en musique, plus de trente ans après Ferré, j'ai simplement voulu chanter ce texte à ma façon et dire que celle qu'avait Ferré de chanter Baudelaire ne me plaisait pas.
Une outrecuidance ? Peut-être. Mais on a le droit de ne pas aimer ce qui a été reconnu comme très bien fait.

Écrit par : Bertrand | 13.11.2012

Répondre à ce commentaire

A propos de l' Albatros, j'aurais aimé que vous m'indiquiez où je pourrais écouter votre version. Je ne connais pas la version de Ferré.

Écrit par : Hamon | 19.11.2012

Répondre à ce commentaire

Hélas, je n'ai jusqu'alors enregistré aucune de mes mises en musique, sinon de façon très artisanale, pour les retravailler.
Mais ça vient, ça vient. Projet d'un CD. Toutes les vidéos que j'ai tentées, étaient trop lourdes pour être acceptées par Youtube.
Vous avez un moyen technique ?
Mon Albatros, si je puis dire, est des plus simples : Do, DO7 majeur, Mi m, LA m, FA, Sol 7, DO...

Écrit par : Bertrand | 20.11.2012

Répondre à ce commentaire

Je travaille avec un mac et la suite logicielle fournie: . Garage band pour le son, imovie pour la vidéo. Mes vidéos sont au format Quicktime codec H264 ( 230 Mo pour environ 3 minutes) Ca reste des maquettes.

Écrit par : Hamon | 28.11.2012

Écrire un commentaire