01.06.2010

Consultations mai

Pas de langue de bois au risque de plus de langue du tout : très légère baisse de la fréquentation par rapport à avril, concernant  les visites quotidiennes et sur l'ensemble du mois ainsi que les visiteurs uniques  : 134 (- 6) visites par jour, 1017 (- 45) visiteurs uniques, 4086 visites mensuelles (-14).
Contradictoirement, plus de pages vues, plus de lecture gobale du blog, donc : 401 (+ 36) pages consultées au quotidien, 12 446 ( + 1 446 ! ) pages vues dans le mois.
J'en déduis que le lecteur feuillette plus les archives et c'est gratifiant, vu la structure primaire , pas très pratique, d'un blog par rapport à un véritable site,  structure empilée telle " une fosse à bitume".
Image10.gif

Petite satisfaction aussi de constater que les gens qui viennent ici ne se sont pas, dans leur grande majorité, fourvoyés. Sauf, peut-être, un mot qu'on ne voit pas à l'écran ( je n'ai pas eu assez de place, mais il est vrai aussi que cette image rudimentaire n'est pas très lisible) : suppositoire.
Quoique ...
Un peu frustré aussi que les blogs et sites n'ouvrent pas leurs coulisses dans une démarche similaire. Non pas pour bêtement comparer - ce qui ne conduit pas à grand chose s'agissant de sa propre direction - mais pour avoir une vue d'ensemble de la pratique générale de la lecture sur blogs.
Ah, la pudeur, où ça va se nicher, des fois !
En tout cas, merci de votre intérêt à l'Exil des mots et de votre fidélité.
Amicalement
Bertrand

Image11.gif


08:53 Publié dans Statistiques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Je découvre en te lisant que ce qui fait la première différence entre un blogue et un site, c'est la structure : structure empilée pour un blogue.
Mais dans un site chacun des lieux du site, chaque rubrique, a aussi une structure empilée. Non ?
J'ai un peu de mal avec la technique. Je n'en suis pas fière, j'aimerais mieux la maîtriser...

Écrit par : Michèle | 05.06.2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire