UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02.06.2017

Niedaleko pada jabłko od jabłoni *

pomme.jpgC’est un texte que j’avais entamé dans l’allégresse, comme tous les textes qu’on entame.
On a en effet  l’impression - j’ai, du moins, cette impression - d‘avoir mis le doigt sur quelque chose qu’on n’avait jamais dit auparavant, d’ouvrir un rideau sur un pan tout neuf de son cœur, de son âme, de sa pensée.
C’est certainement illusoire, ça n’en est pas moins, je crois, nécessaire.
J’avais donc écrit les premiers mots, les premières lignes,  fin 2014…
J’étais parti dans une direction improbable, vers la culture campaniforme et l’archéologie et puis, en mettant au jour des sépultures, j’en ai soudain découvert plein d’autres, plus modernes, et j’ai quitté la protohistoire pour notre monde, ses fausses bagarres d’identité, ses fantasmes et ses amours humaines désespérément mortes…

La pomme ne tombe pas loin du pommier*, c’est donc le titre et c’est la traduction d’un proverbe polonais dont l’équivalent français serait tel père, tel fils
Chemin faisant cependant, penché que j’étais sur le destin d’un certain Zbigniew Asaniuk, un exilé lui aussi, mais à l’envers de mézigue, je n’ai pas vu venir la maladie qui me guettait et sautait à ma gorge.
En même temps que l’équinoxe d’automne, j’ai basculé soudain du côté des jours sans lumière, du côté des saisons chagrines.
L’épouvante… L’indescriptible, ça tombe sous le sens, ne se décrit pas.
Et lorsqu’on est épouvanté, on n’écrit plus… On ne lit plus… Quand le souffle glacé semble vouloir faire moisson dans votre jardin, rien ne compte plus.
Le livre est resté en suspens, comme attendant que revienne la vie… Si elle revient.
Je remercie au passage, avec chaleur, les amis -es - qui m'ont soutenu de leurs mots, de leurs encouragements.
Petit à petit, l’espoir revenu d’avoir encore un bout de chemin à faire sous les étoiles, puis la certitude d’avoir repoussé l’échéance de l’incertitude suprême, il s’est remis à respirer, mon manuscrit.
D’abord tout doucement, timidement, puis avec fougue, ne sachant même plus s’arrêter, ne sachant même plus trop comment finir et… Il a fallu  biffer des pages, les réécrire, retrouver le tempo d’avant.
Avec le printemps, comme si rien, en apparence, ne s’était passé, je l’ai proposé à l’édition et la surprise fut d’abord d’avoir plusieurs propositions.
J’ai choisi un éditeur tout neuf sur la place, un gars de mon département natal, un gars installé à Loudun.
Loïc Jouaud, fondateur des éditions Cédalion, est un passionné des livres. Nous avons échangé, le courant passe bien et c’est ça aussi l’édition, une aventure humaine. Lui aussi, à un moment donné de sa vie, avait choisi l'exil, sous les cieux truculents de l'Espagne.
Sortie prévue au mois d’octobre…
Si tout va bien. Et j'en suis pour l'heure bien heureux.

Sans aucune relation de cause à effet et dans le même temps, une jeune femme lisait Le Silence des chrysanthèmes.
Elle s'en est fait l'écho sur son très beau blog et je l'en remercie bien.
Hasard quand même, cet écureuil-là et Loïc Jouaud  "fréquentent" parfois la même branche, sur les réseaux dits sociaux.

Image : Philip Seelen

11:10 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Et tant qu'à citer des chroniques littéraires, je trouve que ce serait pas mal que tu mettes in extenso sur ton blog les deux critiques parues en temps et en heure dans "Le Matricule des anges" (qui est la revue dirigée par Thierry Guichard, et ils ne font aucune concession : le Matricule ne se préoccupe que de littérature -entendre "les bons écrivains"-)
Il y a eu une critique sur Zozo, l'autre sur Géographiques. Tu en avais donné les liens.
Je trouve bon de le rappeler.

Écrit par : Michèle | 02.06.2017

Oui, Michèle, c'étaient, effectivement, deux articles bien gratifiants dans une revue qui fait référence en matière de littérature.
Ils étaient signés d'Anthony Dufraisse.

Écrit par : Bertrand | 02.06.2017

Pour "Géographiques", le critique est Serge Airoldi.

http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=64307

Écrit par : Michèle | 02.06.2017

Autant pour moi !:))

Écrit par : Bertrand | 03.06.2017

Je lirai votre nouvel opus, avec beaucoup de plaisir
J'ai lu vos livres et votre écriture est très agréable, d'un excellent niveau

Écrit par : Elisabeth | 03.06.2017

Je vous remercie beaucoup de cette appréciation et... de cette résolution

Écrit par : Bertrand | 04.06.2017

Vive ce nouveau livre. Belle vie à lui.Et mieux encore, il est heureux d avoir de bonnes nouvelles de vous.

Écrit par : Sophie | 06.06.2017

Bonsoir Sophie,

ça faisait longtemps et le clin d'oeil fait plaisir...

Écrit par : Bertrand | 06.06.2017

Écrire un commentaire