UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.04.2017

D'un bolchevisme à l'autre

index.jpgAutrefois, quand j’étais en colère contre les communistes – disons pour être plus précis et plus juste les staliniens -  je leur conseillais  avec véhémence  de prendre un train pour Bucarest, Varsovie ou Moscou et d’aller de la sorte un peu rafraichir dans leur tête des idées qui, à l’évidence, en avaient grand besoin.
Depuis j’ai mis de l’eau dans mon vin, comme on dit, et, comme je suis excessif dans tout ce que je fais, j’ai même fini par ne plus mettre de vin dans mon eau.
Mais j’ai fait le voyage. Je vis depuis douze ans dans un pays où les communistes ont régné sans partage pendant cinquante ans.
C’est autre chose que de faire du tourisme historique, ça, coco…
J’ai donc écouté des centaines de témoignages et je vois encore, sur la campagne jolie, ces immondes immeubles, lépreux, bas, humides,  désolants  que l’État bolchevique avait construits et dispersés n’importe où, en guise de logement collectif pour les paysans de la société sans classe.
Des cicatrices, des plaies sur le paysage qui en disent long, très long sur la qualité de vie de l’époque.
Pour de multiples autres raisons, j’étais donc pas mal inspiré - et j’étais loin d’être le seul - d'inviter les communistes de mes colères de jeunesse à venir faire un tour ici.
Et maintenant que je suis vieux, je dis tout ça pour inviter ceux qui s’apprêtent à voter Le Pen à venir faire un tour au pays du populisme polonais.
L’histoire joue en boucle, décidément !
Alors venez, venez, braves gens, voir l’état de la plus belle forêt d’Europe tombée entre les mains des patriotes dont la mentalité allie la violence du chasseur à l’âpreté cupide du bûcheron !
Venez constater les dégâts, partout sur le territoire, hors Białowieża, causés par la politique de la tronçonneuse, celle-ci étant chargée d’alimenter par le saccage et la vente intensive des forêts les fonds nécessaires à la tenue de promesses électorales délirantes !
Venez constater combien les patriotes aiment leurs compatriotes… A tel point qu'ils envisagent d’élargir l’impôt sur la télé à ceux qui n’ont pas la télé parce qu’un citoyen normalement constitué, un citoyen qui ne passe pas ses soirées à réfléchir à de la subversion, a forcément la télé ou, s’il ne l’a pas, c'est qu'il la planque. De toute façon, il n'y a pas à discuter, il doit l’avoir à tout prix.
Même chose pour l’autoradio…Si vous avez une voiture, c’est que vous avez une radio dedans… ça sert à ça, l’automobile. A écouter le poste !
Et vous savez qui va être chargé de vérifier que vous avez bien une radio dans votre tire pour vous faire cracher une redevance ?
Le facteur ! Oui, le brave facteur qui n'en peut mais. J‘aimerais blaguer, mais hélas, non, je suis sérieux. Presque autant qu'un pape !
Et vous savez pourquoi tout ça ? Parce que la dialectique des mentalités a opéré en profondeur. Comme toujours. Les pires ennemis des populistes au pouvoir en Pologne, les bolcheviques, sont donc devenus, par renversement, leur modèle inavoué, leur fantasme…
Et il en sera de même avec Le Pen : la bolchevisation intégrale du pays.
Allez, bon vote, camarade !
Je ne te dis pas qu’il faille voter pour le dandy à la rouflaquette bien peignée, hein !
Je te dis simplement d’aller à la pêche, à l’ombre d’un frêne ou d’un peuplier, avec de la pelouse sous tes fesses et le vent qui jouerait dans tes cheveux tranquilles.

15:11 Publié dans Acompte d'auteur | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : politique, écriture, élections |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Oui, allons pêcher sous un chêne, c'est ce qu'il y a de mieux à faire.

Écrit par : Feuilly | 25.04.2017

:))))

Écrit par : bertrand | 25.04.2017

Le pèche au vif donc, plutôt que la pèche au(x) mort(s).

Écrit par : cleanthe | 25.04.2017

Personne, absolument personne dans l'Histoire des hommes, n'est arrivé à conjoindre l'éthique et le politique, à part saint Augustin dans la Cité de Dieu ou Platon dans ses Dialogues, mais ces gens là se situent dans une autre sphère de la pensée que celle du politique. Il y a une limite à la pensée dialectique qui est la prise en compte du réel dans ce qu'il a d'offensant pour le monde auto suffisant de la pensée. Je n'ai d'autre alternative que de voter Le Pen, non par adhésion à une idéologie non par colère ou révolte devant une autre, mais par instinct de survie et par auto-défense de la raison face à l'agression de cette culture ultra libérale qui, conjointe à l'Islamisme qu'elle tolère parce que ça l'arrange, souhaite tout simplement que des gens comme nous se taisent enfin ou disparaissent. Alors les arbres de la forêt, on y pensera plus tard...

Écrit par : solko | 26.04.2017

"Alors les arbres de la forêt, on y pensera plus tard.."
Là, mon vieux Roland, tu dis vraiment une grosse, grosse connerie... Une connerie de citadin. Tu devrais, selon les schémas socio-politiques du moment,voter Macron.
C'est comme si tu disais, méprisant,hautain : "les p'tis osieaux"et comme si tu me prenais pour un con...
Mes arbres, la forêt, la terre et le plaisir que j'ai quand je vois de beaux paysages, tout ça est certainement plus honnête et plus intelligent que tes élucubrations à soutenir le fantôme de Mussolini.
La dialectique a ses limites, Roland ? Oui... Et je le sais sans doute mieux que Toi qui admet un dogme comme vérité définitive.
Hélas, la haine, elle, n'en a pas, de limites...Et c'est même là son propre.
Tout le monde ne voit pas sa survie de la même manière. La mienne passe par le non saccage mercantile, veule, des arbres de la forêt..
Et la tienne elle passe par où ? Le sais-tu seulement, toi qui passes ton temps à glorifier l'après-mort pour en conjurer l'épouvante ?
Tu devrais faire un retour sur toi-même et arrêter de te masturber la conscience en étant persuadé de détenir à toi seul la vérité du monde.

Écrit par : bertrand | 26.04.2017

Désolé de l'avoir mal pris... Enervé par toutes ces conneries !
Et pardon à Cléanthe de n'avoir pas fait écho à la pêche au vif parce que "vive la pêche !"

Écrit par : Bertrand | 26.04.2017

Parce que tu penses que les tenants du mondialisme libéral ne dévasteront pas la forêt ? Quand je dis "on y pensera plus tard", je suis sérieux : quel que soit l'élu, la question écologique devra lui être posée. Mais les enjeux de ce qui se passe en France entre un souverainisme à garantir a minima dans cette Europe en colère , et un ultralibéralisme de moeurs et de marché ultra dominant et ultra arrogant, y'a plus photo. Cela fait longtemps qu'on ne s'est pas parlé sérieusement et il y a du parasitage dans la communication: je ne soutiens pas "un dogme", car le Christ est une Personne et pas un dogme; quant à la haine de soi, par laquelle commence celle des autres, elle est vraiment plus prononcée chez les ultra libéraux qui sont une petite secte parfaitement autocentrée sur leurs intérêts et la haine de leurs origines que sur ceux qui défendent la souveraineté.

Écrit par : solko | 26.04.2017

Ne vas surtout pas t'imaginer, par manque de communication justement, que je fais benoîtement allégeance à Macron contre Le Pen.
Je ne fais allégeance à personne.
Et les arbres, Roland, ce n'est pas qu'une question d'écologie. Ce qui sous-tend ma colère c'est que des connards sont arrivés au pouvoir en promettant aux familles des sommes mensuelles à faire pâlir d'envie toutes les familles élevées sous le libéralisme, qu'ils n'en avaient évidemment pas le premier sou et qu'ils se sont dits, tiens, on va vendre ce que la Pologne a de plus beau, sa forêt !
Honteux. Absolument honteux...
Allez, on se calme...

Écrit par : bertrand | 26.04.2017

Il faut bien sûr rejeter tous les poissons, même ceux qui sont à dimension. Ils ne peuvent en aucun cas devenir les victimes collatérales des érections pièges à cons. Chercher la difficulté, les pierres et les joncs, risquez la cuillère ou mieux le lancer. Je préfère personnellement le coup du matin et celui du soir. Mais il est bien connu que les jours d'érection, on peut s'y prélasser toute la journée pourvu que Madame soit un peu plus loin, assise sur son petit pliant à lire "Jour de France". De ce fait, on laissera à d'autres le soin de s'enfermer dans leur propre bourriche.

Écrit par : cleanthe | 26.04.2017

Écrire un commentaire