Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.08.2009

Staline n'est pas mort

fuhrer.jpgFolie furieuse des antagonismes historiques, des vieilles rancœurs, de l’esprit de revanche, qui conduisent aux aberrations les plus infâmantes !
Dors donc en paix, vieille Europe travestie en Union : Les ogres, narquois, veillent sur ton sommeil !

Le 1er septembre, sera célébré – ce ne doit pas être le terme exact – le 70ème anniversaire du début de la seconde guerre mondiale, lequel s’était, comme chacun le sait, déroulé en Pologne, suite aux exigences hitlériennes d'un couloir de Dantzig (Gdansk).

Ici, depuis soixante dix ans, les sirènes des villes hurlent au-dessus des toits chaque 1er septembre à midi.
Elles semblent jeter sur le ciel de l'été finissant une longue plainte de la mémoire, qui  se lamente et qui souffre encore à l'évocation d'anciennes blessures.
Aucun pays au monde n’a en effet payé, en termes de destructions, de supplices, de tortures, de crimes et de vies humaines, le tribut qu’a payé  ce pays, coincé entre les griffes des deux plus grands psychopathes de l'histoire des hommes.
Aucun pays au monde ne porte aujourd’hui sur son visage les cicatrices indélébiles du crime le plus horrible de tous les temps, disséminées sur tout son territoire. Les terrifiants barbelés, les miradors et les baraques des camps de la mort.
Des cicatrices que la Pologne garde précieusement visibles afin que les hommes du monde entier sachent, puissent venir se recueillir et n’oublient jamais ce qui fut…Au risque même d’entendre parfois,
proférée par un révisionniste irresponsable,  cette injure criminelle « de camps polonais " pour désigner Majdanek, Auschwitz, Sobibor ou Treblinka.
250px-Mucha_8_Wrzesien_1939_Warszawa.jpgAucun pays n’a été à ce point trahi et étranglé : Voir le pacte infâme  Molotov-Ribbentrop du 23 août 1939, consacré le 17 septembre par le quatrième partage de la Pologne entre les bandits nazis et communistes.
Aucune résistance au monde n’a été à ce point foulée au pied lors de l’insurrection de Varsovie (août 44), insurrection écrasée dans le sang alors que les "libérateurs rouges" attendaient, arme au pied et dans la campagne environnante, que les nazis peaufinent le crime afin qu’ils puissent entrer dans une ville à leur botte, vaincue, écrasée, humiliée.
Imaginez-vous la libération de Paris victorieuse si les colonnes blindées n’eussent pénétrer dans ses murs et eussent attendu, campées sur les rives de l'Essonne, que les affrontements de rue exterminent jusqu’au dernier des combattants parisiens ?
Gloire éternelle aux résistants de Varsovie ! Gloire à la grandeur de leur combat !
Gloire à leur silence et gloire à leur mémoire !


Mais, comme s’en offusquait la chanson de Ferrat « le sang sèche vite en entrant dans l’histoire.» Nous sommes en 2009. L'Europe resplendit de toutes ses magouilles financières et de toutes ses contradictions. La paix des braves règne sur le vieux continent…
La paix ?
Voilà qu’aux approches de cette date-anniversaire du 1er septembre 2009, des milieux influents russes relisent l’histoire à haute voix. À grand renfort de subtilités dont ils ont le secret, ils affirment, de plus en plus péremptoires, que seule la Pologne fut responsable du déclenchement des hostilités qui ont ravagé le monde, notamment en interdissant, en 1938, aux troupes soviétiques
voulant soit-disant se porter au secours de la Tchécoslovaquie honteusement livrée à Hitler par Chamberlain et Daladier, une incursion sur son territoire.
La victime érigée en coupable !
Et que, devant cette autre obstination bête et méchante des Polonais
à ne pas vouloir gentiment céder à Hitler un petit bout de leur pays,
devant cet orgueil enfantin et malsain,  Staline n’a pas eu d’autre solution, pour protéger le peuple russe, que de pactiser avec les Nazis et d’envahir lui-même une moitié de la Pologne.

Constat :  personne, à l'ouest, pour leur enjoindre de fermer leur gueule...

Image : Philip Seelen

Illustration : Caricature polonaise montrant Ribbentrop baisant la main de Staline devant Molotov souriant et applaudissant (Source : Wikipédia)

14:37 Publié dans Critique et contestation | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : littérature |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Joli coup de gueule, Bertrand. Mais la raison du silence de l'Ouest me semble pouvoir s'expliquer par des raisons historiques fort bien exposées ici:

http://fr.rian.ru/analysis/20090821/122800466.html.

Et comme la bataille médiatique déclenchée par la Russie semble surtout viser à gonfler le moral de l'opinion publique russe, il est bien évident que l'Ouest ne risquera pas de contrarier Poutine, en lui demandant d'arrêter la comédie actuelle....

Écrit par : Barbara M. | 27.08.2009

Répondre à ce commentaire

Merci à Barbara pour le lien éclairant (qui fonctionne en enlevant le point après html).
Depuis hier que je t'ai lu, Bertrand, j'essaye de trouver les propos précis que tu dénonces, les contenus de cette bataille médiatique. Je ne suis pas très douée pour naviguer dans l'actualité internationale sur le web.
En tout cas, c'est l'occasion, ce coup de gueule, de revenir en toute conscience sur cela qu'on porte en soi : cette histoire honteuse des hommes. Notre histoire.

Écrit par : Michèle | 28.08.2009

Répondre à ce commentaire

Michèle, merci d'avoir fait l'expérience sur la façon dont on peut faire fonctionner efficacement le lien que j'ai indiqué. Pour ma part, à chaque fois qu'il y a du gaz dans l'air à la frontière Est de la Pologne, je vais toujours compléter ce que je lis dans la presse polonaise par une visite sur le site www.fr.ria.ru pour essayer de me faire une idée plus complète du cocktail préparé par les voisins.

Écrit par : Barbara M. | 28.08.2009

Répondre à ce commentaire

Merci à vous deux, gentes Dames, pour toutes ces précisions et éclaircissements...
Le lien fonctionne effectivement après "ablation" du point...Merci Michèle.
Quand au gaz sur la frontière de l'est, chère Barbara, il y en a tellement trop que Poutine envisage son gazoduc alimentant l'Europe sous la Baltique...Histoire d'épargner "ses amis" Polonais...

Écrit par : Bertrand | 28.08.2009

Répondre à ce commentaire

A tous,
Il y a effectivement une campagne médiatique dans la presse russe actuelle qui tend à faire de la Pologne le principal responsable de la guerre et un allié secret de l'Allemagne hitlérienne!!!
Je suis tout cela en lisant la presse polonaise sur la toile et notamment la Gazeta Wyborcza du grand dissident Adam Michnik , toujours irremplaçable ! Car on y apprend qu'il y a en Russie des journaux à tirage restreint qui disent la vérité : ainsi Gazeta Wyborcza cite le journal indépendant Nowaja Gazieta qui nous apprend que l'URRS a aidé les nazis dès le premier septembre ! Il y avait à Minsk une station radio qui donnait des indications aux Allemands sur les buts statégiques à atteindre en Pologne!Le même journal cite un historien russe, Siergiej Slucz qui indique que la marine de guerre allemande a utilisé le port de Murmansk pour acheminer du matériel jusqu'à Leningrad et ensuite vers les ports du troisième Reich!
On apprend aussi par la Nowaja Gazieta, que l'URSS a fourni des matières premières à Hitler jusqu'au dernier jour de cette alliance scélérate: parfois, pour remplir ses"engagements",l"URSS achetait les matières premières dans des pays tiers, rompant ainsi le blocus international.
Je connaissais depuis un certain temps cette "coopération" économique,étrange contribution à la lutte contre le nazisme!
On peut citer d'autres faits pour le moins dérangeants : dans le cadre du pacte germano-soviétique Staline a livré à Hitler quelques centaines de communistes allemands réfugiés en URSS dont certains étaient juifs: c'est le cas de Margaret Buber-Neumann, épouse du secrétaire du parti communiste allemand, disparu dans les purges staliniennes. Margaret Buber-Neumann est passée du camp soviétique de Vorkuta à Ravensbruck !Elle a survécu et a publié son témoignage, mais bien sûr "on" en parle peu , notamment dans les milieux dits progressistes . Mémoire sélective, occultation de ce qui gêne.
Tout cela est accablant,attristant.
Saluons tout de même ces journalistes minoritaires russes qui disent la vérité dans quelques publications à tirage restreint et qui risquent beaucoup car la Russie est actuellement en troisième position dans le monde pour le nombre de journalistes assassinés. Il faudrait que leurs collègues occidentaux les soutiennent...
Passons...
Pour terminer sur une note un peu plus optimiste je veux signaler la publication début septembre d'un livre consacré à Jan Karski par un jeune romancier français. Jan Karski est ce courrier de la résistance polonaise qui a été chargé d'alerter les puissances occidentales sur la destruction des Juifs par les nazis : histoire édifiante! Fait prisonnier par les Soviétiques ( le pacte ) il aurait pu finir à Katyn, mais a été échangé entre les deux alliés et a pu s'évader des geôles nazies après avoir été torturé! Membre de la résistance , il a pu être introduit dans le ghetto de Varsovie par deux fois , déguisé en officier ukrainien . Il a aussi pu "visiter" un camp situé non loin de Varsovie. La résistance ainsi que deux dirigeants d'organisations juives( un sioniste et un bundiste ) l'ont chargé d'alerter le monde. Il a rencontré Roosevelt ! On ne l'a pas cru ou bien on n'a pas voulu . Il a témoigné dans le film de Lanzmann.
Grâce à ce livre d'un jeune romancier on pourra enfin connaître son histoire, plusieurs journaux ont parlé du livre: mais sera-t-il lu
A la réflexion la note n'est pas si optimiste: Karski, citoyen d'honneur d'Izrael, juste parmi les nations , n'a pas été écouté.

Écrit par : Delirium | 28.08.2009

Répondre à ce commentaire

Pour satisfaire votre curiosité sur le contenu de la campagne de propagande que Moscou mène en ce moment pour laver l'honneur de Staline et au passage salir celui de la Pologne, je n'ai trouvé que cet article du Moscou Times sur le net: la première partie de l'article donne une idée assez juste du contenu des arguments qui circulent dans des documentaires à la télévision d'état, sur les radio et dans les journaux grand-public.

http://www.themoscowtimes.com/article/1016/42/381048.htm

On ne peut donc que saluer le courage des journalistes russes qui osent, avec leurs petits moyens, s'opposer au déferlement de propagande. Tel est le cas du Moscou Times qui essaie de faire passer le message à l'Ouest.

Écrit par : Barbara M. | 28.08.2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire