UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.05.2016

Les oiseaux - 2 -

                                                                                        La huppe

huppe_10.jpgElle est de si remarquable façon emplumée qu’on est en droit de se demander pourquoi le langage se plaît à l'identifier sous deux antinomies. C’est en effet la huppe fasciée pour son plumage, sa physionomie, son apparence délicate - son délit de sale gueule à l’envers si l’on veut - mais c’est aussi la huppe ordinaire.
Peut-être parce que, chez elle, il  est ordinaire d’être singulier.
N’ayant pas poussé plus avant l’investigation, je l’avoue, c’est à cet oxymore drolatique que j’en suis arrivé, ayant par ailleurs remarqué que cet oiseau des bosquets et des prairies supportait très bien la contradiction.
Je ne parle là que de ses noms confirmés, de ceux que lui prêtent les ornithologues, les dictionnaires et les livres d’oiseaux. Un détour par les langues vernaculaires nous apprendra cependant que pour la dire on s’est essayé également à de nombreuses onomatopées, en imitation de son chant ingénu, joué sur une note trois fois répétée, machinalement, comme sans état d’âme. Un ramage qui ne ressemble donc en rien à son plumage, avec ou sans fromage tenu dans son bec. Suivant les régions, cela donne ainsi la poue poue ou la bout bout, par exemple. Dans mon Poitou natal, on l’appelle plutôt la pue pue, par une double allusion quelque peu désobligeante à son chant et à l’odeur fétide qui s’exhale de son nid où, paraît-il, jamais elle ne daigne faire le ménage et qui recèle ainsi les déjections accumulées de ses oisillons, mêlées à d’autres immondices toutes plus nauséabondes les unes que les autres.
Certes, elle ne fait pas le ménage, cette grande dame ! Mais a-t-on jamais vu une tête couronnée vaquer à des occupations domestiques ? Son élégance, sa toilette raffinée, sa belle couronne de haut dignitaire des royaumes champêtres, tantôt haut relevée, tantôt rabattue sur la nuque, ne la dispensent-elles pas des charges qui incombent d’ordinaire à une maîtresse de maison ? Noblesse oblige, voyons !
Les gens huppés, l’histoire nous en donne leçon, ne sauraient se compromettre dans l’exercice d’aussi viles besognes !
Deux réputations, la beauté de l’habit et la mauvaise odeur,  lui collent dès lors à la livrée : une vraie aristocrate, on le voit, la poudre et le maquillage dissimulateurs en moins. Dans les temps jadis, une troisième réputation, dont elle s’est apparemment libérée, l’accablait aussi : celle de la stupidité. Et voyez comme se construit ainsi notre langage ! Dans celui des joueurs et des tricheurs du XVIe, son nom servait à épingler un naïf que l’on pouvait facilement spolier, un étourdi, un jocrisse, et c’est par altération de ce nom qu’est né le mot «dupe», initialement orthographié «duppe». La duppe n’était donc qu’une huppe qu’on effeuillait et qu’on dépouillait ainsi de toute sa superbe !
Mais la huppe de nos jours n’est plus dupe et a su, au fil des métonymies malintentionnées, laisser derrière elle cette bien peu reluisante carte de visite. Elle l’a gentiment refilée au pigeon qui, comme chacun sait, se laisse facilement plumer…
Car ainsi vont les argots, les jargons et finalement les vocables du dictionnaire et de l’écrivain. Ils volent de sémantique en sémantique, du tripot à la rue et de la rue à l’Académie. Un jour, le pigeon se débarrassera sans doute, lui aussi, de sa fâcheuse renommée et, ayant dès lors dans vos desseins de détrousser un sot, parlerez-vous peut-être d’un moineau, d’un chardonneret ou d’un vulgaire choucas ; que sais-je encore ?
Les noms d’oiseau, c’est bien connu, servent à tout et plus particulièrement, à des lustres de leur tranquille réalité, à pimenter les volées de bois vert !

Notre huppe, fasciée ou ordinaire, comme il vous plaira, est donc une aristocrate par la prestance, mais aussi par l’éducation qu’elle donne à ses oiselets. Quand elle leur distribue la becquée au nid - un nid de roturier du plus bas étage qui soit, négligé et seulement établi dans un amas de pierrailles ou dans le trou délaissé d’un pic, - ils se présentent à elle en file indienne, chacun à leur tour, comme à la grand’messe. Dans ce cérémonial de haut rang, celui qui vient d’être servi se place aussitôt en dernière position et l’oiseau ne saurait admettre qu’on dérogeât au décorum : un coup de bec vindicatif ramènerait aussitôt le petit filou aux bonnes manières dues à sa naissance !
Pourtant, l’oiseau sang-bleu trouve souvent pitance, pour lui et sa petite famille, dans les bouses peu ragoûtantes des vaches, qu’il explore à seule fin d’y dénicher insectes et autres petits vermisseaux. Pour la conservation de son espèce, l’aristo va ainsi jusqu’à se faire fouille-merde et, de fait, exécute une fois encore le grand écart entre son noble maintien, son étiquette sociale, et des pratiques dignes du dernier des gueux !
Oui, il est bien tout ça, ce magnifique oiseau bizarrement chamarré et dont les mœurs semblent vouloir sans cesse contredire l’apparence. Mais il est surtout, pour moi, un des grands et premiers messagers de la belle saison revenue.
Sur la pelouse gorgée de rosée, Madame de la Huppe, l’œil alerte, un beau matin d’avril picore.
Ou alors, si je ne la vois pas encore, j’entends bien sur la prairie où somnolent quelques derniers brouillards, ses trois notes, pou-pou-pou, pou-pou-pou, légèrement teintées de mélancolie et lancées un peu à la manière du crapaud sous les chauds crépuscules de juillet.

Décidément, Madame la Marquise est bel et bien l’oiseau de la controverse et des contraires ! Car le sonneur squameux blotti sous l’humidité obscure d’une pierre, n’est-il pas, à tort ou à raison, l’archétype même de la laideur ?

12:09 Publié dans Les Oiseaux | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Le "le sonneur squameux " a son charme, lui aussi. Il n'a point la prestance de la huppe, certes, mais par son calme tranquille il me semble contenir une part d'éternité.

Écrit par : Feuilly | 10.05.2016

Je suis bien d'accord, le "sonneur" est un animal assez fascinant.

Écrit par : Bertrand | 11.05.2016

Les commentaires sont fermés.