UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.11.2014

Un laboureur et du vent -15 -

Il y a plus de vérités dans vingt-quatre heures de la vie d'un homme que dans toutes les philosophies.

Raoul Vaneigem - Traité de savoir vivre à l'usage des jeunes générations              

 

Chapitre 5

littérature,écritureAlors le paysan à la traîne, le passéiste, l’arriéré jusqu’au pathétique, fut soudain catapulté à l’avant-garde de son époque, laissant loin derrière lui les arguties stationnaires de ceux qui jusqu’à présent n’avaient eu de cesse qu’ils n'aient fait montre de toute l’insolence de leur modernité. Car ceux-là mêmes qui avaient tant moqué les façons préhistoriques du laboureur, tantôt à gorge déployée, tantôt en prenant les airs condescendants de la commisération, soudain le vouèrent avec violence aux gémonies pour son ridicule à prétendre embrasser les excentricités des temps nouveaux.
Il y eut bien des débats, des contre-débats, des joutes verbales, de violents échanges, des réunions et des contre-réunions. Une association fut même créée qui s’affubla d’un nom qui fit bien rigoler Pierrot, Le contrevent. Ses adhérents, pour la plupart des chasseurs, des gros exploitants, des pépés et des mémés aussi, firent signer des pétitions, demandèrent à grands cris une enquête d’utilité publique, sollicitèrent une audience auprès du préfet. Rien n’y fit cependant. Le conseil municipal vota, la préfecture autorisa, Pierrot signa, la société allemande loua, planta des mâts et posa des sondes.
Les dés étaient jetés mais les passions n’en baissaient pas pour autant pavillon.
Pierrot ne participa que de loin aux différentes controverses. Il ne s’était jamais mêlé des affaires de qui que ce soit, il ne voyait donc pas en quoi il aurait dû défendre devant quiconque un point de vue ne concernant, selon lui, que ses propres oignons. Il se faisait raconter les bruits et les rumeurs par Dominique, fortement engagé dans le camp des partisans des éoliennes, et il n’eut à croiser le verbe qu’une seule fois, encore que tout à fait par hasard.
L’occasion lui fut ainsi offerte, sans doute pour la première fois - en tout cas ce fut la dernière - de livrer à haute voix et avec conviction, une bonne part de son sentiment à l’égard du monde.

Penché sur son sillon, il binait les choux fourragers d’une parcelle étroite, coincée entre deux haies touffues. Un jeune gars d’une quarantaine d’années, Didier Boutin, un gros, un grand, un qui semait plus de cent hectares de maïs et plus de trois cents hectares de blé pissant chacun quatre vingt dix quintaux l’hectare, un arrogant, un irriguant, un de ceux qui avaient largement contribué à faire du terroir de l’Aunis un laboratoire à angle plat, vint à passer par là et accosta Pierrot.
Alors, bonhomme, ça pousse au moins, tes affaires ?
Ben… On fait pousser, mon gars, on fait pousser.
Mais est-ce que tu te rends compte, avait aussitôt dévié Boutin, pauvre sot que tu es, l’allure que va prendre le paysage avec tes éoliennes à la con de quatre-vingt mètres de haut et leurs pales de quarante mètres qui vont se balancer en l’air ? Est-ce que tu te rends seulement compte comment l’horizon va être défiguré, qu’on les verra à vingt kilomètres à la ronde ! Une honte ! Et tout ça pour trois méchants sous et à cause d’un pauvre diable comme toi soutenu par cet insignifiant de maire !
Pierrot avait posé sa binette, avait hoché la tête et esquissé un sourire. Puis il était venu tranquillement bien en face du céréalier, tout près, les yeux dans les yeux.
Mon garçon, qu’il avait commencé, t’aurais pas un peu forcé sur le goulot aneu pour me tenir des propos de même ? Sais-tu au moins ce que tu racontes, dis, en venant me causer de paysages, à moué ? Depuis vingt cinq ans, ton père, tous ceux de son engeance et maintenant toué, vous avez enterré les chemins de traverse sous vos charrues, vous avez rasé nos bois, déterviré les arbres de plein-vent, brûlé les taillis, arraché les palisses, bouché les fossés, empesté l’eau des rivières, fait crever les anguilles, vidé les réservoirs d’eau sous la terre, empoisonné les abeilles, fait fuir les oiseaux qui nichaient là et de tout ce qui nous entourait de joli et de gai, vous avez fait un désert, qu’on voit même les HLM de Niort à trente kilomètres ! Et tu viens m’accuser, là, moué qu’ai seulement jamais tué une mouche et même pas arraché un arbuste, d’abîmer les paysages ? Mais il y en a plus de paysages, mon pauvre garçon ! Et c’est toué et les gredins de ton espèce qui les ont donnés à bouffer à vos comptes en banque !
Passe donc ton chemin, Boutin, tu es un infect imbécile vendu aux banquiers ! Laisse-moi à présent travailler à mon aise !
Cet argument de la sauvegarde des paysages objecté par des gens qui avaient consacré leur existence à les massacrer, était, selon Dominique à qui Pierrot raconta plaisamment son altercation, un des plus couramment avancé. D’autres chicanes évoquaient le danger encouru par les oiseaux et le bruit qu’étaient censées faire les larges pales des éoliennes. Une rigolade au regard des nuisances sonores générées par l’intensité de la circulation sur les grands axes autoroutiers et par les trains à grande vitesse, toujours selon l’instit. Pierrot écoutait tout ça d’une oreille distraite en hochant la tête et en buvant son verre de vin.
Car plus rien n’y ferait, il avait signé et comptait ne pas se dédire.
Il confia alors à Dominique qu’il s’en foutait d’être conspué, critiqué, méprisé et qu’il s’en foutait également des éoliennes, d’être à la pointe du progrès ou à la remorque de l’époque. Il avait toujours vécu sa vie comme il l’entendait, au milieu des champs, de ses jachères et de ses labours, avec le plus grand bonheur. Mais là, avec Louisette, ils avaient pris leur décision uniquement pour Valentin. Eux, ils ne changeraient absolument rien à leur mode de vie, ils n’achèteraient rien de plus, parce qu’ils n’avaient besoin de rien. Ils mettraient tout à la banque de Surgères, au nom de leur fils, au centime près. Parce que vois-tu, Dominique, nous, on est des pauvres bougres et contents de l’être, en plus. Mais le gamin, lui, il a pas choisi cette vie. On lui impose, comprends-tu ? On lui impose la vie qu’on aime, nous autres, et c’est pas juste. C’est pas comme ça qu’on aime le peu de gens qu’on aime. Alors, il aura les douze mille euros chaque année pour se mettre le pied à l’étrier et pour choisir une direction dans sa vie. Voilà pourquoi il y aurait des éoliennes sur le champ des quatre chemins. Pour aucune autre raison.
Et Dominique, qui ravala sa salive et baissa les yeux, ne put qu’approuver son camarade. Une fois de plus, il put aussi mesurer combien Pierrot et sa femme étaient des personnages souverains, des En dehors, des êtres profondément libres qui, ne se souciant ni des ravages de vox populi , ni de la marche obstinée du monde, en ignoraient jusqu’à l’égoïsme pervers.

Hélas ! Ce que le laboureur ignorait aussi c’est qu’en signant l’autorisation d’élever ces foutues éoliennes, il paraphait en même temps sa propre fin.

A SUIVRE...

 

13:41 Publié dans Un laboureur et du vent | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : littérature, écriture |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

détervirer les arbres expression poitevine, dit Internet. Je ne connaissais pas, étant né plus à l'est.

Écrit par : Feuilly | 14.11.2014

Me tarde la suite... Je ne m'étais jamais posé la question de l'énergie éolienne sur nos côtes ventées...

Joli pull devant une belle falaise :)

Écrit par : Michèle | 15.11.2014

"Détervirer" fait partie de ces mots de la langue vernaculaire qui ont toute mon affection. C'est parce que l'on porte en soi le parfum de son langage initial et que ces mots entendus à l'aube sont restés imprégnés comme disant parfaitement le monde.
"Détervirer" n'est pas un mot ingrat. Il s'emploie à pas mal de sauces. Par exemple, on pourrait dire :
- J'ai vu Feuilly hier soir, l'était pas mal déterviré :))) Je te laisse en deviner le sens.

Michèle, j'aurais plutôt dit : "belle falaise derrière un joli pull": ))
I fait un peu pull de gendarme, ce pull, non ?

Écrit par : Bertrand | 15.11.2014

Gendarme de montagne, oui, ça te va très bien :)

Écrit par : Michèle | 15.11.2014

Je préfère avoir à faire à un gendarme de montagne qu'à une montagne de gendarmes ! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Écrit par : Bertrand | 15.11.2014

Un gendarme de montagne devant la mer?

Écrit par : Feuilly | 15.11.2014

Un gendarme de falaise, disons alors...D'ordinaire ce sont plutôt des gendarmes de fadaises..:)

Écrit par : Bertrand | 15.11.2014

Les commentaires sont fermés.