UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.05.2014

Vivre ensemble et le verbe

Une communauté, c'est aussi -  et peut-être d'abord - des gens qui usent du même verbe.
Sinon comment acter le "Vivre ensemble", comment se diriger vers un même point, même dans le débat contradictoire, si le sud et le nord ne disent pas la même chose ?
Mais, par-delà la langue stricto sensu, il y a l'héritage historique,
le bagage avec lequel chacun voyage et que traduit cette langue. 
La langue n'est en effet pas un code tombé du ciel. Elle ne se décrète pas. Elle est le chant qui met en musique l'origine et les références communes, celles du professeur autant que celles du laboureur, du maçon, du menuisier, du philosophe, de l'écrivain, du mendiant, du doux, du criminel, du juge, de l'avocat, du gendarme,
de l'abruti et du génie, du pauvre et du riche, du menteur et de l'honnête homme.

Alors, pourquoi donc l'Ukraine se déchire-t-elle ?

carte-langues-ukraine.jpg

12:53 Publié dans Ukraine | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : littérature, ukraine |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Et cette carte nous fait comprendre que ce n'est pas seulement l'est mais aussi le sud de l'Ukraine qui est russophone. C'est bien ce que redoutent les USA, car si le sud devenait russe lui aussi, l'accès à la Mer Noire serait compromis pour l'OTAN.

Écrit par : Feuilly | 10.05.2014

Ce qui est terrible c'est que jamais l'accent n'est mis sur la richesse culturelle et intellectuelle de ce pays. Jamais on n'entend non plus parler de leurs immenses difficultés économiques : depuis le 1er mai, le prix du gaz de ville a augmenté de 56%, celui du gaz de chauffage devrait bondir de 40% au 1er juillet. Les deux tarifs devront encore être relevés de 40% en 2015, puis de 20% en 2016 et 2017. Le FMI de Christine Lagarde pousse l'Ukraine dans le gouffre et ose conditionner son plan d'aide à Kiev au contrôle total du pays.

Écrit par : Michèle | 12.05.2014

@Feuilly : et vois où on parle ukrainien ! A la frontière polonaise... Un pays qui n'est pas fédéré autour d'une langue peut-il éviter un jour ou l'autre le chaos ?
Telle est la question.

@Michèle : Le FMI, en faisant mine de l'aider, enfonce en fait la tête du pays dans le bourbier de l'endettement, oui... Et ce n'est pas avec son futur président milliardaire ( le seul qui compte selon le socialiste Hollande et sa clique) qu'il va s'en sortir par le haut.
Le drame est total. Poutine ne vaut sans doute pas cher du point de vue de la démocratie, mais les Ukrainiens sont en train de se lier pieds et poings pour des décennies au Capital américano-européen.
Pour les plus modestes, l'avenir sera sombre.

Écrit par : Bertrand | 12.05.2014

Si l'on voit ce que cela donne dans un pays artificiel comme la Belgique, où on a rassemblé deux communautés linguistiques différentes, on comprend que cela ne peut pas fonctionner en Ukraine non plus, sauf si un pouvoir fort s'impose et accepte de respecter la langue de l'autre.

La Catalogne est aussi un autre exemple qui prouve que la langue régit bien des choses.

Écrit par : Feuilly | 12.05.2014

Les commentaires sont fermés.