UA-53771746-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.03.2014

En direct

 DSCN0621(1).JPG1- Dans un texte écrit fin décembre, je faisais allusion à un ami qui, toutes les semaines, fait le voyage pour Moscou, aller-retour.
Pendant que les occidentaux, défendant une part d’indéfendable (en tout cas ne défendant pas en profondeur ce qu’ils prétendent défendre dans leurs discours et divers effets de menton) menaçaient la Russie de sanctions commerciales, nous nous inquiétions, D. et moi, de ce que cet ami pourrait dès lors perdre son travail si les choses venaient à empirer.
D. lui ayant posé la question, notre copain a répondu,
nullement inquiet :
- Bah ! Penses-tu ! Ce que je transporte en Russie, l’Allemagne nous l’achètera pour le revendre à Moscou. On a déjà vu ça…
Et vlan ! C’est ce que j’appelle avoir, à la base, la conscience et l’intelligence du monde plus franches que ceux qui prétendent le gouverner, ce monde !
Alors, les gesticulations Merkel/Hollande et consorts, c’est quoi exactement ?
Ah, si seulement les chaumières avaient la bonne idée de se réveiller enfin !

2- Une dame ayant une très grande connaissance professionnelle de l’Ukraine dit qu’effectivement on sent très bien, et depuis longtemps, chez les nationalistes ukrainiens un mépris et une attitude hautaine à l’égard des Polonais…
Ce n’est pas une trouvaille, certes. Mais c’est mieux de le savoir par des témoins directs que par la pensée déléguée.
Et ce sont des gens de cet acabit que l’Europe, les Américains et le FMI s’apprêtent à financer. Pourtant, quand on nourrit des renards, en général, on ne s’attend pas à ce qu’ils vous mangent un jour vos poules.
Mystère des diplomaties…

Cette dame dit aussi que si la grande majorité du peuple russe est derrière Poutine et même s’exalte de sa fermeté et de son patriotisme, c’est qu’il a tiré les gens de la misère noire dans laquelle les avait laissés Boris Eltsine.
Poutine a donc derrière lui une force qui ne s’invente pas, une force qui ne se crée pas par l'artifice du discours, une force que jamais n’auront ni Obama ni Hollande : un peuple.
Cela, il faut être russe pour le comprendre sans y aller de ses petits jugements préconçus dans les Hautes Écoles de l’Administration.
Il faut savoir ce que signifie d’avoir survécu par le pain rassis et les patates.
Les occidentaux ne comprendront donc jamais rien à la Russie.
Et en espérant de toute mon âme qu’il soit cette fois-ci encore conjuré, je pense, hélas, que, sur le vieux continent, entre l’Ouest expansionniste, de plus en plus à la botte américaine, et l’Est qui s'éveille aux délices du capitalisme sauvage sans renier encore le sentiment de "nation",
l’affrontement sera, à l‘échelle de l’Histoire, inévitable. 

Illustration : Une photo prise en Russie par notre ami , tout comme celles ci-dessous

DSCN0571.JPG

DSCN0600.JPG

 

DSCN0620.JPG

12:53 Publié dans Ukraine | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : littérature, écriture, ukraine, histoire |  Facebook | Bertrand REDONNET

Commentaires

Non,non pas besoin d' être russe pour le comprendre; Ceux qui ont lu Michelet et Péguy, et qui ont connu des grands parents ayant eu un pied dans le dix-neuvième siècle et l'avant 14, le savent, car il y a eu aussi un peuple français. Cela s'appelle tout bêtement de la culture. J'ai regardé pour ma part l'heure de conférence de Poutine et ça m'a fait du bien, car j'ai lu aussi Dostoïevski, Pouchkine, Gogol et Tchekhov et j'ai senti cette unité russe dans cette salle, très loin de la ridicule assemblée nationale.
Quand on voit la popularité actuelle du pingouin (17%) ça fait contraste.
En comparaison, il est certain que la France va très mal, que Hollande était la dernière personne capable de la représenter et de la servir. Hollande n'incarne rien, ne représente rien de ce qu'est réellement le génie français. C'en est presque la négation vivante, un échec total,comme c'était prévisible vu le manœuvrier qu'il est. Mais Hollande n'aura qu'un temps, même s'il prépare déjà sa réélection (quel homme d'état visionnaire!)en essayant de tuer Sarkozy et l'UMP . Ces gens ont méprisé le peuple en finiront ensemble dans les fosses de l'Histoire.
Un grand peuple ne meurt jamais, et quand il est dans l'obscurité, il a sa culture et sa religion pour traverser les temps. .

Écrit par : solko | 19.03.2014

Un écrivain, Marie Cosnay, qui s'intéresse à la façon dont on parle, eh bien par exemple de l'installation des armées russes en Crimée :

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-cosnay/070314/trash-les-histoires

Écrit par : Michèle | 21.03.2014

Vous avez raison, Solko. J'aurais dû écrire " il faut être russe pour le comprendre en 2014"...

C'est un texte en profondeur, Michèle. Un texte à lire sans se voiler la face.

Écrit par : Bertrand | 24.03.2014

Les commentaires sont fermés.